•  

     

     

    Femmes peintres

     

    Le nombre de femmes peintres célébrées par l'histoire de l'art est extrêmement réduit. Les peintres connus du grand public peuvent varier selon la mode du moment, d'Artemisia Gentileschi via Elisabeth Vigée Lebrun à Frida Khalo, mais ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent et très peu d'ouvrages leurs sont consacrés. Mais dès que l'on effectue quelques recherches, on découvre une multitude de femmes pleines de talent dont on ne parle jamais dans les livres sur l'histoire de l'art

    source:

    Femmes peintres

    http://www.femmespeintres.net/

     

    En voici trois :

     

    Judith Leyster

    (1609-1660)

    peintre hollandaise

     

    Les femmes peintres

    Autoportrait

     

    Les femmes peintres

    Enfant avec un chat 1629

     

    Les femmes peintres

    Une partie de trictrac 1630

    Musée d' art Worcester Massachusetts

     

     

    Les femmes peintres

    La proposition 1631

    Mauritshuis La Haye

     

    Les femmes peintres

    Le tour de cartes

    Musée des beaux-art, Rouen

     

     

    Les femmes peintres

    Le Joueur de flûte 1635

     

     

    Élisabeth Vigée Le Brun

    (1755-1886)

    Peintre française l' égal de Quentin de la Tour ou

    de Jean-Baptiste Greuze.

     

    Les femmes peintres

    Autoportrait 1790

     

    Les femmes peintres

    Madame du Barry 1782

     

    Les femmes peintres

    Duchesse de Polignac 1782

     

    Les femmes peintres

    Madame Grand 1783

     

    Les femmes peintres

    Marie-Antoinette 1783

     

    Les femmes peintres

    Duchesse de Caderousse 1784

     

    Les femmes peintres

    Marie-Antoinette et ses enfants 1787

     

    Les femmes peintres

    Avec sa fille Julie 1789

     

     

    Les femmes peintres

    Stanislas Auguste Poniatowski, Roi de Pologne 1797

     
     
     

    Berthe Morisot

    (1841-1895)
    peintre française
     
     

    Les femmes peintres

    Tableau d' Edouard Manet 1870
     
     
    Source tableaux :
     
     

    Les femmes peintres

    Edma Morisot 1869
    National Gallery of Art, Washington
     

    Les femmes peintres

    Le port de Lorient 1869

    National Gallery of Art, Washington

     

    Les femmes peintres

    Le berceau 1872 musée d' Orsay
     
     

    Les femmes peintres

    Cache-cache 1873

    Collection Mrs. John Hay Whitney, New York

     

    Les femmes peintres

    Sur l' herbe 1874

    Petit Palais, Paris

     

    Les femmes peintres

    Marcel Gobillard 1880

    collection privée Genève

     

    Les femmes peintres

    Julie Manet et son lévrier 1893

    Musée Marmottan,  Paris.

     

    Les femmes peintres

     Julie rêveuse 1894

    collection privée

     

     
    yes
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    La Dame à la Licorne

    Musée de Cluny

     

    La Dame à la licorne est une tenture composée de six tapisseries datant de la fin du XVᵉ siècle, exposée au musée national du Moyen Âge.

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dame_%C3%A0_la_licorne

     

     

     

    Le Toucher

     

    La Dame à la Licorne

                                                              Paulo et Béa 2015

     

    Sur cette tapisserie, la dame tient elle-même la bannière armoriée de la main droite et caresse la corne de la licorne de la gauche.
    Le lion et la licorne portent un bouclier en bandoulière.
    Parmi les animaux du fond, on repère deux singes dont l’un porte un rouleau de captivité (sorte d’entrave attachée au cou de l’animal pour l’empêcher de courir, de grimper...)

     

     

    Le Goût

     

    La Dame à la Licorne

                                                               Paulo et Béa 2015

     

    La femme saisit une friandise dans la coupe portée par la demoiselle pour l’offrir au perroquet posé sur sa main gantée.
    Une jeune licorne et un jeune lion assistent à la scène.
    Devant, le singe mime le geste de la dame en portant un fruit à sa bouche.
    La composition de cette tapisserie est particulièrement ample et harmonieuse. Le lion brandit l’étendard, la licorne porte la bannière 

     

    L' ouïe

     

    La Dame à la Licorne

                                                               Paulo et Béa 2015

     

     

    La composition est plus resserrée.
    Cette fois le lion tient la bannière et la licorne l’étendard.
    La jeune femme, absorbée dans son jeu, porte une robe bleue revêtue d’un surcot en tissu précieux.
    L’instrument de musique est un orgue portatif appelé «positif» posé sur un tapis oriental et orné des sculptures d’un lion et d’une licorne.

     

     

    L' odorat

     

    La Dame à la Licorne

                                                              Paulo et Béa 2015

     

    La composition est du même type que celle du goût.
    La demoiselle présente son plateau chargé d’œillets.
    La Dame se concentre sur la confection de la couronne tandis que, derrière elle, le singe hume une rose choisie dans la corbeille;

     

    La vue

     

    La Dame à la Licorne

                                                                Paulo et Béa 2015

     
    La composition dessine une pyramide dont l’axe est la Dame assise,
    tenant de la main droite un miroir dans lequel se mire la licorne pendant que le regard du lion se perd dans le lointain

     

     

    « Mon seul désir »

     

    La Dame à la Licorne

                                                              Paulo et Béa 2015

     

    La Dame à la Licorne

                                                              Paulo et Béa 2015

     

     

    Cette tapisserie se distingue des cinq autres par la présence d’un pavillon bleu à flammes d’or devant lequel se déroule la scène, lui conférant une solennité particulière. Le lion et la licorne, tout en portant les bannières, relèvent chacun un pan de l’étoffe. Au-dessus se lit l’inscription qui a donné son nom à la tapisserie.
    La composition, à nouveau pyramidale, et d’une grande ampleur, est organisée autour du groupe formé par la dame et la demoiselle.
    La dame semble remettre un collier dans le coffret à bijoux, donnant ainsi tout son sens à la tenture.
     

    Les explications de chacune des six tapisseries ont été trouvées sur le net.

     

     

     

     

    Histoire et légende de Saint-Etienne

    un récit en 23 scènes, du martyre et les miracles post mortem d'Étienne, saint patron de la cathédrale d'Auxerre. C'est pour cet édifice qu'il a été commandé par l'évêque Jean III Baillet, dont les armoiries apparaissent à de nombreuses reprises.

     

     

    La Dame à la Licorne

                                                             Paulo et Béa 2015

     

    La Dame à la Licorne

                                                                Paulo et Béa 2015

     

    Les différents épisodes

     

    La Dame à la Licorne & Histoire et légende de Saint-Etienne

     

     

    La Dame à la Licorne & Histoire et légende de Saint-Etienne

     

    http://www.musee-moyenage.fr/collection/oeuvre/tenture-histoire-saint-etienne.html

     

     

     

    La Dame à la Licorne & Histoire et légende de Saint-Etienne

    ici :

    http://www.telerama.fr/scenes/une-oeuvre-a-la-loupe-la-tenture-de-saint-etienne-1500,61189.php

     

     

     

    yes

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Émile Peynot

    1850-1932

    Sclupteur

     

    Émile Peynot

                                                     petit-patrimoine.com

    Monument à Villeneuve-sur-Yonne

     

    Emile Peynot est né le 22 novembre 1850 à Villeneuve-sur-Yonne, mort le 12 décembre 1932, est un sculpteur français, lauréat du prix de Rome de sculpture en 1880.

     

     

     M. Duflot, le directeur de l’école communale de Villeneuve-sur-Yonne ayant remarqué les goûts d’Émile pour les beaux arts et il décide de le former lui même au dessin et donne au jeune Peynot  (étant d' origine modeste), les moyens matériels de poursuivre ses études à Paris.

    En 1867 il entre dans l’atelier de Pierre Robinet à Paris où il se forme pendant trois ans, et en 1870, il est admis à

    l' école des  Beaux Arts. 

    Sources wikipédia.

     

     

     

    Quelques oeuvres

     

     

     

     

    Lyon

    1887

     

    Émile Peynot

     

    Monument de la République place Carnot Lyon

     

     

     

     

    Auxerre

    1888

     

    Émile Peynot

    Statue Paul Bert

     

    Natif d' Auxerre, ancien ministre de l’instruction publique

    mort en novembre 1887.

     

     

    Villeneuve-sur-Yonne

    1887

     

    Émile Peynot

    La fontaine Briard

     

    Émile Peynot

     

     

     

    Fontainebleau

    1895

     

     

    Émile Peynot

    Monument Sadi-Carnot

     

     Fondu par les allemands pendant la seconde guerre mondiale.

     

     

    Sens

    1898

     

    Émile Peynot

    Monument aux Morts

    Souvenir Français, des anciens combattants de 1870-1871.

     

    mlamp1870_p_0438.jpg

     

     

     

    Paris

    1900

     

    Émile Peynot

    Le palais du champagne
    Aquarelle de H. Toussaint

     

     

     

    Émile Peynot fut sollicité pour réaliser le décor grandiose du Palais du Champagne lors de l'Exposition universelle organisée à Paris en 1900.

     

     

     

     

    Émile Peynot

    " Les Vendanges "

     

    Ces oeuvres ont aujourd'hui disparu, mais leur succès entraîna la fonte d'une série de bronze du couple des Vendangeurs.

     

     sources :

    http://www.maisons-champagne.com/bonal/pages/Expo/expo_universelle.php

     

     

     

    Émile Peynot l’Argentin.

     

    Émile Peynot

     

    http://bernard-richard-histoire.com/2014/09/27/emile-peynot-largentin-un-sculpteur-bourguignon-a-buenos-aires-ou-lart-civique-francais-a-letranger/

     

     

    Émile Peynot

     

    L’atelier, Peynot travaillant sur une des allégories de son monument de Buenos Aires, l’Art, avec une autre allégorie derrière lui, l’Agriculture (visages couverts d’un voile pour conserver leur humidité), photo Musées de Sens.

     

    Bueno-Aires

     

    Émile Peynot

    Monument du centenaire

    offert par la colonie française en Argentine à la ville de Buenos-Aires

     

     

    Bronzes

     

    Rare-Exquisite-Antique-Nude-Gilt-Bronze-Lady-With-Heart-Arrows-E-Peynot

     

     

    Fileuse et son enfant

    Émile Peynot

    photos ebay

     

     

    Trompette de la renommée, bouchon de radiateur automobile Ballot
     

     

    Trompette de la renommée

     

     

    Émile Peynot

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Couches

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

    (71)

     

    Couches se situe à environ 30 km de Chalon-sur-Saône, 25 km d'Autun, et 15 km du Creusot.

    En 2012, la commune comptait 1 475 habitants,

    les couchois.

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

    L' église

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

    Rue St-Nicolas

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

    Place de l' Hôtel de Ville

     

     

    Château de Marguerite de Bourgogne

    XII ème siècle

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

                                                                                                                                         wikipédia

                                                                                                  

    Entre mythe et légende

     

    La Vivre

     http://laboutiqueajacques.com/Vivre_Couches_2008.html#livre_buffon

     

     

     

    Légende en Bourgogne,

    film tourné en extérieur à couches (71)

    en 1988.

     

     

    Au moyen-age un monstre "La Vivre" terrorise la région de Couches en Bourgogne.

    Vignerons et chevaliers traquent la bête. Sous la direction d'un médecin un peu sorcier, les villageois conduisent le monstre dans une caverne pour le brûler.

    En souvenir les Couchois recréent tous les 20 ans

    l'affreuse bête.

     

     

    2008

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

                                                   chez-mmt-nath.over-blog.com

     

    La Vivre de Couches (Saône-et-Loire)

     

    Fête de la Vivre: fête médiévale qui se déroule tous les vingt ans. La première édition moderne a eu lieu en 1888. La dernière a eu lieu les 23, 24 et 25 août 2008. La Vivre est un animal fabuleux, qui, pendant le Moyen Âge semait la terreur. La Fête comprend des reconstitutions historiques, défilés de chars, groupes musicaux et animations dans un cadre médiéval. La prochaine session se tiendra en 2028.

     

    yes  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Nancy

     

    Jacques Callot

    (54)

     

     

    Jacques Callot

    (1592-1635)

     

    Jacques Callot

     

    http://e-monumen.net/patrimoine-monumental/monument-a-jacques-callot-place-vaudemont-nancy/

     

    Graveur, aquaforiste, dessinateur

     

     

    Jacques Callot

    Monument à Jacques Callot place Vaudémont Nancy

     

     

    Les Gobbi

    (1616-1622)

     

    Le graveur lorrain invente ces petites figures difformes pour signifier, en les grossissant, les misères et les ridicules humains.

     

     Les Gobbi—les bossus—étaient une troupe de farceurs nains bien connue, active en Italie du Nord au début du XVIIe siècle: leur apparition à la fête de Saint Romulus à Florence le 6 juillet 1612 a fait l'objet d'un ouvrage commémoratif de Paolo Baroni,

    La famosa Giostra di Gobbi.

     

    C'est sans doute à cette occasion que Callot a pu les observer et préparer des croquis en vue de la série de vingt petites gravures (la plupart n'atteint pas les 10 cm de largeur), qui ne sera pourtant réalisée qu'après le retour de l'artiste dans sa Lorraine natale en 1621.
         Ces personnages se situent à la confluence de plusieurs traditions, celle des bouffons de cour, celle de la commedia dell'arte, mais aussi, sur un plan plus purement artistique,

    celle des «grotesques» dont l'œuvre de Callot comprend de nombreux autres exemples.
         C'est néanmoins le parallèle avec les personnages des Balli di Sfessania qui s'impose à nos yeux, aussi bien dans les attitudes, les costumes, que les accessoires (masques, instruments de musique). Le goût pour les êtres déformés s'est transposé dans les nombreux personnages grotesques qui peuplent le ballet de cour, que l'on retrouvera à l'opéra vers la fin du siècle, comme en témoignent des croquis laissés par Berain.

    Source:

    Varie Figure Gobbi di Iacopo Callot / fatto in firenza / I anno 1616 / excudit Nanceij [Nancy, c1623]

     

    http://units.georgetown.edu/french/opsis/SEME/images/commediadellarte/gobbi.htm

     

     

     

    Jacques Callot

    Différentes illustrations de bossus de Jacques Callot

    Florence année 1616

     

    Jacques Callot

    L' homme s' apprêtant à tirer son sabre

     

     

    Jacques Callot

    L' estropié au capuchon

     

    Jacques Callot

    Le bossu à la canne

     

     

    Jacques Callot

    Le buveur vu de face

     

     

    Jacques Callot

    Le buveur vu de dos

     

     

    Jacques Callot

    Le duelliste aux deux sabres

     

    Jacques Callot

    Le duelliste à l' épée et au poignard

     

     

    Jacques Callot

    L'homme au gros ventre orné d'une rangée de boutons

     

     

     

    Jacques Callot

    L' homme au gros dos orné d'une rangée de boutons

     

     

    Jacques Callot

    L'homme au ventre tombant et au chapeau très élevé

     

    Jacques Callot

    L' homme masqué aux jambes torses

     

     

    Jacques Callot

     Le joueur de luth

     

     

    Jacques Callot

     

    Le joueur de vielle

     

     

    Jacques Callot

    Le joueur de flageolet

     

     

     

    Jacques Callot

     

    L' homme raclant une grille en guise de violon

     

     

    Jacques Callot

     Le joueur de cornemuse

     

     

    Jacques Callot

    Le comédien masqué jouant de la guitare

     

     

     

    Jacques Callot

    Le bancal jouant de la guitare

     

     

     

    Jacques Callot

    Le joueur de violon

     

     

     

     

    Jacques Callot

    L' estropié à la béquille et à la jambe de bois

     

     

     

    Antonio Cesti

    (1623-1669)

     

    Jacques Callot

    Pietro Marc'Antonio Cesti, connu aujourd'hui principalement comme un compositeur italien de l'époque baroque, était aussi un chanteur et organiste.

    Il était «le musicien italien le plus célèbre de sa génération

     

    Antonio Cesti. Orontea. Veni Alidoro

     

     

    Jacques Callot

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique