•  

    AMTUIR

    Association pour le musée des transports urbains, interurbains et ruraux

     

    Association à but non lucratif (loi de 1901), reconnue d'utilité publique en 1967

     

    http://www.amtuir.org/02_amtuir/02_amtuir_histoire.htm

     

    Fondée en mars 1957, L'AMTUIR tente de préserver par ses propres moyens ce qui peut l'être. Ses moyens sont limités : les cotisations et les dons de ses adhérents.

    À ses débuts, l'association doit acheter les véhicules anciens, qui lui sont vendus au prix de la ferraille ; il lui faut en outre payer le transport.

    l'AMTUIR ouvre son musée au public en 1964 à Malakoff, puis en 1972-1974, à Saint-Mandé.

    La Direction des Musées de France du Ministère de la Culture lui confère en 1988 le statut de musée contrôlé, puis de musée de France en 2003.

    Après la fermeture du Musée de Saint-Mandé, (conséquence d'une opération immobilière), la collection est remisée d' abord en 2001 sur l'ancien site de la Marine à Colombes, puis à Chelles  ville qu'il a rejoint en 2007, dans un bâtiment provisoire; avant une implantation définitive attendue pour 2018.

     

    AMTUIR

                                                                                                                        wikipédia

    Le dépôt de Malakoff vers 1910.

     

    AMTUIR

                                                                                                                          wikipédia

    Le Dépôt de Saint-Mandé, vers 1916

     

    La collection du musée

    http://www.amtuir.org/01_musee/01_musee_collection.htm

     

    AMTUIR

                                                                                                                         wikipédia

    Le hall d'entrée du musée à Colombes

     

    Et pour agrémenter cet article Christian, passionné, complice et ami de toujours; nous offre ses photos prises dans les années 70 lors de sa visite au musée de St-Mandé.

     

    AMTUIR

     

    Paris - Autobus - Renault TN4HP n° 4121 (1936)

     

    AMTUIR

     

    AMTUIR

    A gauche (Limoges) - Trolleybus - Vétra-Berliet CB60 n° 10 (1943)

    et à droite (Poitiers) - Trolleybus - Vétra CS55 n° 21 (1939)

     

     

    AMTUIR

     

    Paris - Tramway - Attelage Asl n° 1630

     

     

     

    AMTUIR

     

    Paris - Autobus - Renault PN n° 1347 (1927) 

    Paris - Autobus - Renault TN4B n° 1891 (1931)

      AMTUIR

      Paris - Autobus - Renault TN4F à gaz n° 3158 (1940)

     

    AMTUIR

     Paris - Autobus - Renault TN4HP n° 3488 (1936)

     

    AMTUIR

    Bus Londonien

     

    AMTUIR

     

    AMTUIR

     

    AMTUIR

    Billetterie

     

    AMTUIR

     

     


    3 commentaires
  •  

    Panhard Movic

    1952

     

    Marque doyenne de la construction automobile française, Panhard se voit confier la fabrication de Poids lourds de moyen tonnage, au lendemain du second conflit mondial.

    Au salon de l' auto 1952,  Panhard présenta son 7 tonnes de charge utile dénommé Movic. Ce véhicule s'avéra particulièrement bien adapté aux besoins de l'époque : la reconstruction du pays ,la remise en route de l'industrie et des transports.

    Le Movic est motorisé soit d' un moteur diesel de 85 ou de 100 ch, ou d' un moteur essence de 90 ou de 110 ch.

    consommation: 19 litres aux 100 km.

     

     

     

     

    Panhard Movic

                                                            planetdiecast.com

     

    Panhard Movic

     Panhard Movic plateau

      cliché du film "Des gens sans importance" 

    film d' Henri Verneuil 1956.

     

    Panhard Movic

     

    Panhard Movic

                                                                                                               http://genieminiature.com

     

    Panhard Movic

                                                                                                                          autoalmanach.ch

     

     Collection Andre Bonifay Transporteur à Toulon   

     

     

    les miniatures

     

     

     Dinky Toys

     

     

    Panhard Movic

     

     

     Les 3 variantes S N C F

     

     

    Panhard Movic

     

     

    Disposé sur sa boîte de livraison de 3 camions, la première variante de mai 1952 du Panhard SNCF ( réf 32AB ), arborant la publicité dite " à la locomotive ", est aujourd'hui la plus rare des trois.
    Jusqu'à l'apparition des étuis individuels illustrés, la présentation des Dinky Toys n'est guère attrayante et ne contribue aucunement à leur succès.

     

     

    Panhard Movic

     

    Apparue avec la boîte individuelle illustrée, la deuxième variante du Panhard SNCF (réf 575), possède une décoration où la locomotive cède sa place à un écusson. Une telle miniature a évidemment encore plus de valeur lorsqu'on la trouve dans son emballage d'origine.

    Fabriquée de 1959 à 1960.

     

     

    Panhard Movic

     

    La troisième et dernière des variantes SNCF est aussi le dernier modèle de la série des Panhard à apparaître au catalogue Dinky Toys. Ce dernier possède un écusson vert foncé. En 1961, date à laquelle est mis un terme à sa production, ce modèle est jugé quelque peu obsolète car bien peu de Movic sont encore en service à la SNCF.

     

     

    Panhard Movic

     

     

     

    Panhard Movic


     

    Panhard Movic

     Esso

    Panhard Movic

    Films et appareils Kodak

     

     

     

     

     C I J

     

     

    Panhard Movic

     

     

     

    Panhard Movic

     

    Panhard Movic

     

     

    Panhard Movic

     

     1:60

     

     

    Panhard Movic

    mini CIJ

     

     

    Panhard Movic

    Biscuits de l'Alsacienne  1:60

     

         
     I X O

     

     

    Panhard Movic

     

    Collection Camions d' autrefois N° 19

    plateau bâché Cordier  1:43

     

     

    Panhard Movic

      Collection Garage Moderne hors série N0 5

    Profilafroid  1:43

     


    4 commentaires
  •  

                          LOUBAT Alphonse 

     

    Tramway

    (1799-1866) 

     

    Dans les années 1850, au cours d'un voyage aux États-Unis,  Alphonse Loubat un ingénieur français,  découvre les premiers tramways à chevaux du monde qui relient depuis 1832 New York à Harlem.  Il retourne à Paris séduit par l'idée d'y implanter ce nouveau mode de transport.

     

    Rail Loubat

     

     

    Tramway

     

     

    Les rails en U sont cloués sur des longrines en bois fixées au milieu des pavés en affleurant la surface de la chaussée (figure 68)et (69), puis on utilisera le rail à gorge .

     Tramway

    Rail à gorge

     

     Pour convaincre de l'utilité de son système, Loubat fait aménager une voiture à impériale, qui peut recevoir cinquante passagers, contre les vingt-cinq habituels des omnibus classiques. Le 21 novembre, l'essai peut enfin avoir lieu en compagnie du ministre des Travaux publics.

    Les 2,50 kilomètres sont parcourus en huit minutes, un record. L'expérience est concluante.

     

    L'année suivante, en 1854, Loubat se voit enfin accorder une concession pour exploiter une ligne de tramway à chevaux sur le tracé du Cours-la-Reine, entre la place de la Concorde et l'actuel pont Alexandre-III.

     

     

    Tramway

    Omnibus, Aligre - Gare de Lyon

     

    Tramway  hippomobile

     

    Tramway

       Tramway

    Paris 1906

     

    Tramway

     

    les tramways ont un coût d'exploitation élevé du fait de la traction animale. C'est pourquoi la traction mécanique est rapidement développée : à vapeur dès 1873, à air comprimé  (Mékarski) et à eau surchauffée ( Francq) dès 1878, puis tramways électriques à partir de 1881.  

    Paris

    Tramway

    Tramway à vapeur

     

    Tramway

    1910

     

     Tramway Mégarski

     

    Tramway

    Tramway à air comprimé CGO type 1900

     

    Tramway

    Traction électrique

     

    Tramway

     

    Lyon

    Tramway

    La "Guillotine" (TLN 20), tramway à vapeur à voie normale

     

    Milan

     

    Tramway

     

     

    Photos prises au musée de St-Mandé dans les années 72-74

    par mon ami Christian.

     

     Tramway

     Motrices Genève (1901), Dijon (1938), Tramway hippomobile Neuchâtel (1894)

    Tramway

     Baladeuse Fontainebleau-Melun

    Tramway

    Motrice 500 CGPT ligne Châtelet-Vitry 1907 

    Tramway

    Motrice Nord-Sud 1925

    Tramway

     Motrice OTL Lyon-Fontaine 1899

     Tramway

     Loco Oppelype 020 voie 0-60

    Tramway

     Rame des Tramways Corrèze loco Piquet 1912 

    Tramway

    Cabine de conduite matériel Nord-Sud (photo de 1972)

    Tramway

    M2068 (1972)

    Tramway

    Rame 12 station Marx Dormoy (1972)

    Tramway

    Rame 12 station porte de Versailles dernier voyage (1972)

    Tramway

    Motrice 500 CGPT 1907  St-Mandé

    Tramway

     Motrice Nancy CGFT Remorque pilote CGO  St Mandé

     

    Encore merci à Christian !

     


    4 commentaires
  •  

    Quand le tramway traversait Malakoff.

    Malakoff

    (92)

     

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

    La commune de Malakoff est située en très proche banlieue parisienne,  elle est limitrophe du14 ème arrondissement de Paris .

    Elle est traversée par la Coulée verte du sud parisien qui reprend une partie de la via Turonensis, l'un des quatre chemins de France du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

    Tramway

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

     

     Quand le tramway traversait Malakoff.

      Station des Tramways

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

      

    Dès 1860 et durant le premier quart du XXème siècle, la ville de Malakoff était traversée par plusieurs lignes de tramway, d’abord à traction animale, puis électrique. C’est aussi sur la commune dans l’actuel dépôt de bus RATP, Avenue Pierre Larousse, qu’on été rassemblés durant plus de dix ans, jusqu’en 1974, les véhicules de transports en commun de différentes époques pour le futur musée des transports urbains.

      

    Quand le tramway traversait Malakoff.

    Avenue Pierre Larousse

     

     Quand le tramway traversait Malakoff.

    Dêpot de Malakoff

     

     Le court métrage montre comment ce mode de transport quadrillait la ville à l’aide de documents et photographies anciennes et les explications de Marc André Dubout, spécialiste du tramway en France et de Thierry Assa, conservateur du musée des transports urbains de Chelles.

     

    http://www.malakoff-patrimoine.fr/index-fr.php?page=web-tv&id_article=982

     

                                                                                                                              wikipédia


       En mémoire de mes grands-parents concierges

     à Malakoff dans les années 50 à 60.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

    au  5 Allée Marie-Louise

     

    MARIE-LOUISE (allée)

     

    les Marie-louise étaient les jeunes conscrits (15 à 20 ans) enrôlés quand M.Louise était régente, peu avant l’abdication de Napoléon, en 1814.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

                                                                                        Robert lefèvre

     

    Marie-Louise, impératrice des Français.

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Louise_d%27Autriche

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

                                          François Gérard, 1813.

    La régente Marie-Louise avec son fils.

    Napoléon II roi de Rome

     

     

    Non loin de la loge de mes grand parents ,il y avait la gare de Vanves-Malakoff.

     

    A l' époque avec notre grand-père nous allions voir les trains c'était le temps de la vapeur, et je me rappelle des voyageurs à leur descente du train qui étaient barbouillés de suie.

     

    CPA de la Gare De Vanves-Malakoff

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

     

    Quand le tramway traversait Malakoff.

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Joseph Besset

     

    Joseph Besset & Isobloc

    1890-1959

     Carrossier industriel il fut le pionnier et le père des autocars français modernes.

    http://www.lavanaude.org/musee.htm

     

    Joseph Besset & Isobloc

    Vanosc 07

     

    Tout d' abord Charon à Vanosc son village natal en Haute Ardèche, dès 1920 il carrosse de superbes automobiles sur les châssis des plus prestigieux constructeurs : Rolland Pilain, Talbot, Voisin, Delahaye, Berliet, Rochet Schneider, Bugatti. 

     

     Joseph Besset & Isobloc

    Rolland Pilain et Delage

    (musée de Vanosc)

     

     Puis dans les années 30, il se lance dans la carrosserie de car.

     

    Isobloc

     

    Isobloc

     

    Ancienne marque française d'autocars, fondée par le carrossier ardéchois Joseph Besset au cours des années 1930.

     

    Implanté  à Annonay, l'artisan rachète en 1937 la licence de la firme américaine Gar Wood, détentrice de solutions innovantes en matière d'architecture: absence de châssis, conception proche d'un fuselage d'avion résultant de l'assemblage de poutres métalliques .Tout ceci  assure une grande légèreté d'ensemble et, paradoxalement, une rigidité suffisante. L'habitacle est très spacieux.

     

     

    Isobloc

     Gar Wood Aerocoach ER designed bus (1940)

     

    Isobloc

                                                                                                      home.cc.umanitoba.ca

    Gar Wood au départ du dépôt des bus de Winnipeg Canada

     

     Isobloc

     

    Le Gar Wood dérive lui-même d'une étonnante voiture: la Stout Scarab(1935-36), du nom de son inventeur, l'ingénieur aéronautique et automobile William B. Stout.

     

    Stout Scarab 1935

     

    Isobloc

     

    Isobloc

     

    Isobloc

    William Stout & la Stout Scarab 1936

     

    Isobloc

     

    http://www.deadinventors.com/2013/09/william-stout-and-1936-stout-scarab.html

     

    Isobloc

     

    Le Car Isobloc

    Le prototype est présenté pour la première fois au Salon de Paris d’octobre 1938, où il suscite les commentaires les plus élogieux. Il bat en effet tous les records de légèreté avec un poids de       3 430 kg pour 44 places, alors qu’un car de conception traditionnelle accusait environ 7 500 kg.

     

    Avec sa structure autoportante et son moteur arrière la technique que Besset a industrialisé est révolutionnaire.

    Au 21 ème siècle les cars sont encore fabriqués ainsi !

     

    Fondation Berliet

     

     

    Joseph Besset & Isobloc ( Ardèche)

    ISOBLOC type 648 DP 102 (1954)

     

    Musée du Charronnage au car

    à Vanosc (Ardèche)

     

    Joseph Besset & Isobloc

     

    http://www.cc-bassin-annonay.fr/Musee-du-Charronnage-au-car.html

     

     

    Joseph Besset & Isobloc

    Sixième fête du car à Vanosc (06/07/13)

     

    http://www.standard216.com/6e-fete-du-car-a-vanosc/

       
       Renaissance d'un Isobloc

     

    Isobloc

     

     Le petit atelier de carrosserie de Joseph Besset deviendra la SACA, SAVIEM, Renault V.I., et de nos jour IRISBUS IVECO

    Grâce à lui, Annonay est devenue une des capitales européennes de construction de cars.

     

    Les miniatures

     

    Joseph Besset & Isobloc

     

    Autocar Isobloc vert claire et foncé 1:43 CIJ

     

     

    Joseph Besset & Isobloc

     

    "Colonie de vacances"  AIR FRANCE  1:43  EPM  Eligor

     

     

     

    Joseph Besset & Isobloc

    Dan Toys

     

    Joseph Besset & Isobloc

     

    Isobloc 648 DP IXO Hachette 1:43 série test N° 2

     

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique