•  

     Un film de André Hunebelle 1952

     

    Monsieur Taxi ( Michel Simon, Jean Carmet, Pauline Carton )

     

    Quand on est chauffeur de taxi et qu'une riche étrangère oublie dans votre voiture un sac contenant une grosse somme, on risque des ennuis.

     

     

     petite coupure du film de 56mn18 à 56mn46

     


    votre commentaire

  •  

    Un film de Pierre Richard 1978

     

     

    Je suis timide mais je me soigne

     

    Pierre Renaud, caissier dans un grand hôtel, est atteint d'une timidité maladive. Lorsqu'il tombe amoureux d'Agnès, la gagnante d'un concours, il décide de surmonter sa timidité et suit Agnès pendant tout son voyage...

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le Viager (1972) de Pierre Tchernia

     

    Le Viager

     

    Au debut des années 30, condamné à terme par son médecin, un célibataire de 59 ans met en viager une proprieté à Saint-Tropez. Mais il s'obstine à ne pas mourir, ce qui ne fait pas l'affaire de tout le monde...

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     Un film d 'Alex Joffé 1960

     

    Fortunat ( Michèle Morgan et Bourvil )

     

     

    Le 20 mai 1942, pendant la seconde guerre mondiale, sous l'occupation de la France, le destin réunit le braconnier Noël Fortunat, brave bougre quelque peu porté sur la boisson, et Juliette Valcourt, femme élégante accompagnée de ses deux enfants : Pierre et Maurice. Mademoiselle Massillon, une institutrice secourable, tente d'aider Juliette qui est recherchée par les nazis depuis que son mari, un chef de la Résistance, a été arrêté. Juliette et ses enfants doivent gagner la zone libre pour se réfugier à Toulouse. Pour cela, il leur faut franchir la ligne de de démarcation . C'est Fortunat qui est chargé de conduire en lieu sûr les deux enfants et leur mère. Pour la circonstance, Fortunat se fait passer pour le mari de Juliette. Alors qu'il devait retourner au village après avoir installé Juliette et ses enfants à Toulouse, Fortunat, qui s'est attaché à ses protégés, reste avec eux et subvient à tous les besoins de la famille. Au fil des mois, Fortunat et Juliette tissent des liens de plus en plus étroits. Au moment de la Libération, Juliette retrouve son mari. Fortunat repart alors vers son destin d'homme solitaire.

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Un film de Alex Joffé 1961 gags de René Goscinny

     

     

    Le Tracassin ou les plaisirs de la ville

    Bourvil

     

     Le stress de la vie urbaine, un nouveau bébé pour sa sœur et les difficultés de son désir de s'installer avec la belle Juliette poussent André à trop consommer des pilules euphorisantes produites dans le laboratoire où il est employé.

     

     


    2 commentaires
  •  

     Réalisateur:  Fernandel

     

     

    Simplet (1942)

     

     

     

     Synopsis et distribution :

    http://fernandel.online.fr/films/simplet.htm


    votre commentaire
  •  

     Aujourd' hui 11 juin on fête la Saint Barnabé

    Dictons de la Saint-Barnabé

    • « À la Saint-Barnabé, la faux au pré. »
    • « À la Saint-Barnabé, le jour croît d'un saut de baudet. »
    • « S'il pleut à la Saint-Barnabé, le seigle perd pied. »
    • « S'il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard, à moins que Saint-Barnabé ne lui coupe l'herbe sous le pied. »

    source Wikipédia

     

    Le Film

     

    Réalisateur:  Alexandre Esway

     

     

     

    La chanson

     

    Paroles: Jean Manse. Musique: R. Dumas   1938 note: chanson du film "Barnabé" dont une version plus courte que ci-dessous est chanté dans le film

    (Refrain)
    Barnabé, Barnabé, c'est assez facile à épeler
    Barnabé, Barnabé, B.ar.Bar.N.A.Na.B.é.Bé
    Vous voyez que c'est très drôle, j' trouve le p'tit truc amusant
    Et vous pourrez, ma parole, vous faire la langue en l'ép'lant
    Barnabé, Barnabé, B.ar.Bar.N.A.Na.B.é.Bé

    Je n' roule pas sur l'or, alors pourquoi me faire du tort ?
    Moi j' prends tout comme ça vient, j' m'en trouve très bien
    Je n' crains pas l'av'nir, j'ai plus d'un truc pour réussir
    Car je possède, c'est parfait, un nom qui plaît

    (au Refrain)

    Je n' suis pas gangster pour me faire appeler Bébert
    Ni porteur à la gare du Nord sous l' nom de Totor
    Je n' suis pas garçon coiffeur pour qu'on m'appelle Raymond
    Mais je possède, c'est parfait, un nom qui plaît

    (au Refrain)

    Avoir d' beaux yeux bleus, des cils d'un centimètre ou deux
    Du sex appeal un peu partout et des ch'veux flous
    Un nez aquilin ou même le profil norvégien
    Tout ça n' vaut pas en vérité un nom qui plaît

    (au Refrain)

    Qu' ce soit peu ou prou, j'ai bien les yeux en face des trous
    Et moi, pourvu que j'y voie clair, j' m'en tape le "der"
    J' n'ai rien d'un fakir pourtant j' pourrais vous endormir
    Mais j' me contente, c'est parfait, d'un nom qui m' plaît

    (au Refrain)

    Du temps des César, j'aurais pu vivre en Malabar
    J'aurais pu d'venir empereur ou gladiateur
    Et les p'tits enfants sur les bancs d'l 'école à présent
    Apprendraient par qui fut porté ce nom qui plaît

    (au Refrain)
    Barnabé, Barnabé, B.ar.Bar.N.A.Na.B.é.Bé !

     


    3 commentaires
  •  

    Un  film de Christian Jaque (1937)

     

    François Ier

     

     

    Honorin est régisseur du théâtre Cascaroni qui affiche le  spectacle François Ier à son programme. Chargé de remplacer un comédien défaillant, mais mort de trac, il s'endort chez son ami Cagliostro (qui l'a hypnotisé pour lui enlever son trac), mage des foires, et se réveille quelques siècles en arrière, à la cour du roi de France Francois Ier, son Petit Larousse à la main. Ce merveilleux atout littéraire lui permet de prédire l'avenir au grand désarroi de certains intrigants de la cour. Supplicié, il va bientôt se réveiller dans son siècle pour constater que la vie était bien plus belle en 1520. Pour cela, il retourne voir son ami Cagliostro...

     

     

     


    1 commentaire
  • L'auberge rouge

    Film de Claude Autant-Lara

     

    Fernandel L'auberge Rouge

    (extrait)

     

    En 1833, un groupe des voyageurs, venus en diligence, passe la nuit dans une auberge isolée au milieu des montagnes et tenue par un couple d'aubergistes, Pierre et Marie Martin. Arrive un moine jovial auquel la femme du propriétaire avoue que son mari, leur valet et elle-même ont l'habitude de droguer et d'assassiner leurs hôtes pour les détrousser, avant d'enterrer leurs corps dans le jardin. L'histoire se corse du fait que le moine essaie de sauver la vie des autres hôtes sans trahir le secret de la confession.

    L'auberge rouge 1951

     

    L'auberge rouge 1951

     

    L'auberge rouge 1951

     

    Un article très détaillé ici :

    http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1018

     

    Bon film et bonne lecture 

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique