• Heureux Qui Comme Ulysse

     

    Heureux Qui Comme Ulysse

     

     

    Heureux Qui Comme Ulysse

     

    Le seul compagnon du modeste garçon de ferme Antonin est le cheval Ulysse.
    Il a élevé, dorloté l'animal depuis près de 25 ans...mais M.Pascal, le patron de la ferme, a décidé qu'Ulysse ne faisait plus l'affaire, et qu'il serait remplacé par une machine...
    Antonin est chargé par son patron d'aller livrer Ulysse à Arles, chez le picador Petit-Jean.
    Pour ce cheval,c'est la mort certaine et cela, Antonin ne peut l'accepter.

     

     

     

     

     

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

     

    Heureux Qui Comme Ulysse

    Joachim du Bellay

    1522-1560

     

    Poésie extraite du recueil « Les Regrets » publié en 1558. À travers cette poésie, Joachim du Bellay parle de la vie en général, plus que de sa propre expérience autobiographique. Celui-ci considère la vie comme un voyage, un parcours. Il y parle également de ses sentiments personnels, comme le regret (d’où le titre du recueil), la frustration, l’envie, l’attente… N’oubliez pas que ce poème a été écrit pendant son séjour à Rome, où il s’ennuya particulièrement et regretta son pays natal. D’un certain côté, cette poésie révèle bien le côté humaniste de Du Bellay.

     

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge !

    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

    Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

    Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
    Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

     


  • Commentaires

    1
    C7
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 11:53

    Très joli film plein de tendresse que Fernandel savait démontrer même si j' ai tjrs eu une référence pour Bourvil bien plus simple comparé à Fernandel qui tirait tjrs la couverture à lui .....et se méttait tjrs en avant. Mais cela n' empêche que c' était un très bon acteur. Par contre je ne me rappelait plus du tout du contenu du poème.....  Bonne journée sous le soleil chez nous mais malgré tout seulement 3.8° à midi. Nises et à très vite pour de nouvelles aventures que tu nous offriras. C7

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :