• Les Castors autoconstructeurs

     

     

    Gëorgia Knap

     

    Les Castors

    1866-1946

    Surnommé « l’homme aux 80 métiers »

     

    Né en 1866 à Troyes, fils d’un boucher de cette ville, il fut orphelin de bonne heure, et entra comme apprenti mécanicien aux Chemins de Fer de l’ Etat. C’est grâce à cet apprentissage, au cours duquel il apprit la mécanique, qu’ il dut plus tard de devenir à la fois, le concepteur, et le réalisateur de tant d’inventions dans de nombreux domaines : en mécanique, en appareillage médical, en architecture (la première « maison électrique »), en urbanisme (la première maison « préfabriquée »), et le concept du « cottage social » pour les revenus modestes.

     

    Le Cottage social ou la maison économique

     

    Le concept de la maison économique consistait à profiter des nouveaux matériaux de construction peu onéreux comme le béton pour mouler directement la maison. Gëorgia Knap déposa près de 20 modèles différents dont le « Goliath » fut le plus usité. Ce mode de fabrication, moins coûteux que les méthodes traditionnelles, s’accompagnait du soutien de la part des associations d’aide à l’accession au logement de l’époque.

    Les Castors

    Mouvement d' autoconstruction coopérative  né après la seconde guerre mondiale en France.

     Vidéo

    http://www.arte.tv/fr/l-association-les-castors-autoconstructeurs/7326342,CmC=7326400.html

     

    Les Castors autoconstructeurs

    Carte d' adhérent de 1955

    Avec cette carte, chaque "Castor" de Sens bénéficiait "à vie" d'une remise sur les matériaux de construction achetés à   l'entreprise Barbier (sable, ciment, parpaing etc...)

     

     

    Les castors de Sens (Yonne)

     1952-1992

     

     

    40 ans

     

    Les Castors autoconstructeurs

                                                                                                                  google maps

     Le 1 Boulevard des Castors

    La maison familiale jusqu' au décès de notre mère en 2009.

    Les nouveaux propriétaires continuent à bien l' entretenir, et l'ont modernisée.

     

    Extraits d' un article de l' Yonne Républicaine

    du 30 juin 1993

     Les Castors autoconstructeurs

      Fabrication des hourdis

     

    Les Castors autoconstructeurs

      Plancher hourdis

     

    Les Castors autoconstructeurs

    Pierre Barbier (devant la maison de mes parents)

    P.D.G de la société "Barbier Fils et Cie", spécialisée dans les matériaux de construction et la fabrication de produits en béton.

     

    Le 24 avril 1951

    Dans l' Yonne Républicaine

    Appel de Pierre Barbier

    "A tous ceux qui voudraient avoir leur maison"

     

     80 personnes déposeront leur candidature à la permanence de la  Caisse d' Epargne.

    31 candidatures seront retenues. 

    Plusieurs organismes (Caisse d' Epargne , Crédit Immobilier, la CAF ), et entreprises du Sénonais en apportant des fonds,  feront corps autour de Pierre Barbier Président des Castors .

     

    " Le principe était simple "

    Ce que mes Castors ne pouvaient pas apporter en argent, je leur ai demandé de l' apporter en travail .

    (Pierre Barbier)

     

     Les 31 maisons seront construites en trois ans.

    72201 heures de labeurs ont été effectuées par les Castors , après leur journée de travail ou durant le repos dominical, et les congés payés.

     

    Le 1er Octobre 1954

     La répartition des pavillons a lieu en grande pompe à la mairie par tirage au sort.

    Ma famille est la première famille-castors à emménager

     

    Les Castors autoconstructeurs

     

    Comme toujours maman avait le mot de la fin , c' est moi le premier petit castor !

     

    En avril 1993, Boulevard des Castors et rue du Pré-Saint-Pierre, il restait encore 32 personnes ayant vécu une aventure en béton.

    Six mois après la parution de l' article de l' Yonne Républicaine  mon père Pierre décède.

    Pendant la construction des " Castors " il conduisait entre autre le camion d' approvisionnement en matériaux,  en plus de son travail de gardien de la paix.

    En 2009 c' est au tour de maman, Suzanne, de nous quitter, et d' un commun accord, non sans regrets nous cédons la maison.

     

    Un petit coucou à Josette qui vient de fêter les 65 ans de mariage de ses parents, Lucette bientôt 86 ans , et Franck  89 ans;  également Castors , au numéro 2 ; maman s'est peut être trompée je suis né le 22 et Josette le 11 du mois de mars....

     

                                                          

                                                                                

     

     

     


  • Commentaires

    3
    Yves
    Jeudi 18 Août 2016 à 02:36

    Bonjour,

    J'ai 49 neuf ans et depuis ma naissance je vis dans une cité pavillonnaire "Les Castors". Tout le monde est arrivé en même temps et s'est entraidés. Il y avait un nombre d'heures à faire chaque semaine. Les castors c'est une grande famille mais il y a 10 ans nous ne comptions déjà plus qu'un tiers de Castors qui était là depuis le début. C'était pour la plupart des employés, des salariés dont beaucoup étaient issus de la province. Beaucoup de familles avaient 3 ou 4 enfants et il faisait bon vivre dans cette cité. Aujourd'hui encore mais on ne se connaît plus comme avant. Certains nouveaux se sont très bien intégrés mais aujourd'hui les maisons sont chères et ce n'est plus la même classe sociale qui achète et donc plus la même mentalité (il n'y a là pas de jugement, c'est juste un constat). Dire que quand mes parents ont achetés, ils ont eu la dernière maison qui restait de libre et j'en suis heureux tellement j'ai passé de beaux moments ici et encore aujourd'hui. Oui, le concept "Castors" fût un concept génial. Je ne sais pas si cela existe encore même sous une autre appellation. Une bise à tous les Castors.

     

                                                                         Yves,

    2
    Jo 89
    Jeudi 19 Décembre 2013 à 19:26
    Les Castors, ce n'étaient pas seulement 31 constructeurs, ce furent 31 familles qui continuèrent à se serrer les coudes bien après cela. Ton père Pierre n'était pas le dernier à monter sur les toits des absents, après un fort coup de vent, pour replacer des tuiles, ou en mettre de nouvelles. Ils avaient leurs réserves. Et n'oubliaient pas leur statut de Castors. Ils ne sont plus que 3 à vivre aux Castors mêmes aujourd'hui, je crois, mais certains de leurs descendants y demeurent encore. Gilbert, Brigitte...Mes parents ont la chance d'être parmi les trois. Le seul couple d'origine, je crois. Et, ne t'en fais pas, vieux frère, tu restes le premier petit castor, puisque je suis une...castorette. Bisous de Jo
    1
    C7
    Samedi 30 Novembre 2013 à 10:24

    Wahoooo que cet article est émouvant !!!!!!!!!!! On y sent un sentiment particulier et tu as bien fait de l' exposer et de rendre hommage à cet homme G.Knap. Toute une merveilleuse histoire et ne connaissant pas du tout cette histoire, je vais voir cette rue sous un autre oeil quand je passerai devant. Quelle émotion de voir aussi ta maison natale ainsi toute pimpante. Magnifique article et je n'ai aucun regret d' être venue te rendre une petite visite et là j' ai savouré ligne par ligne tout en parlant à haute vois car mon z' hom était au bureau et du coup il a regardé l' article au dessus de mon épaule. lol. En tous les cas, j' ai bcp aimé cet article.Bravo car je ne connaissais pas du tout ... Bonne journée, bisous de C7

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :