• Les Galvachers du Morvan

     

     Les Galvachers du Morvan

     

    Philippe Berte-Langereau

     

    Les galvachers, un nom qui évoque un des mythes du Morvan, ces hommes, souvent accompagnés de leur femme, choisissaient de quitter les monts du Morvan pour améliorer l'ordinaire, permettre à leur famille d'échapper à la pauvreté et, bien au-delà, pour découvrir d' autres horizons. Ils descendaient avec leurs puissants attelages de boeufs pour débarder dans des forêts lointaines et ils se sont parfois fixés dans ces " bas pays" pour y faire souche.

    Philippe Berte-Langereau a réuni dans son livre de nombreuses cartes postales anciennes, et des photographies de famille inédites qui permettent de mieux connaitre leur travail et leur vie quotidienne.

     

     

    Galvacher-Boeutier-Toucheur

    Voir sur ce super site .

     http://lemorvandiaupat.free.fr/galvachers.html

     

    Chant des Galvachers

     

    Les Galvachers du Morvan

     

     

    1 - Adieu, notre pays chéri,
    Amis, partons pour le Berry.
    Adieu, Corcelles,
    Anost, Verreins, le Creux
    Que l’on attelle
    La charrette et les bœufs.

    2 - Allons, galvachers, en avant !
    Il faut quitter votre Morvan !
    Montons la route,
    Et chassons le souci;
    Buvons la goutte
    Chez le Cô à Bussy.

    3 - Bonjour à notre ami Cô,
    As-tu pour nous du bon fricot ?
    Dans la galvache,
    Tu le sais par ma foi,
    On n’est point lâche
    De boire un coup chez toi.

    4 - Hommage aussi au bon Sauron,
    C’est lui qui fit cette chanson,
    Assis à table,
    Ayant le verre en main,
    Il est bon diable,
    Chante soir et matin.

    5 - N’oublions pas Monsieur Berger,
    Car c’est l’ami du galvacher
    Il boit, il chante,
    Il a les larm’s aux yeux,
    Ce qui l’enchante,
    C’est de nous voir heureux.

    6 - Les uns s’en vont à Commentry,
    Les autres à Bourges en Berry,
    Puis à la Guerche,
    Nevers et autres lieux,
    Car là l’ouvrage
    Ne manque pas aux bœufs.

    7 - D’autres s’en vont à Saint-Fargeau,
    Toucy, Saint-Sauveur et Bléneau,
    Conduir’ la corce,
    Charbons et bois carrés,
    On voit la force
    Là de leurs bœufs barrés.

    8 - Planchez, Montsauche et Saint-Brisson,
    Au premier mai tous nous partons.
    Ouroux, Gâcogne,
    Frétoy, Gien puis Arleuf,
    Pour la Bourgogne,
    Allons, piquez vos bœufs !

    9 - En avant donc les deux corbins,
    Vous savez déjà les chemins.
    Chers camarades,
    Ornons leurs fronts puissants
    D’une cocarde
    Et de deux beaux rubans.

    10 - Chère Fanchon, assuie tas yeux,
    Voichi le moument des r’aidieux,
    Ailons, mai belle,
    Aidoucis ton chaigrin,
    Souais-mouai fidèle
    Jusqu’ai lai Saint-Martin.

    11 – Tâss’ de bin engraîcher l’coiçot,
    A l’ouvraize erzipp’toi in p’sot,
    Soign’ bin lai vesse,
    Ell’ nous fèré d’ l’arzent,
    Remplis sai crèce,
    Ne lai laich’ manquer d’ran.

    12 - Tée bin das treufes et du bié nar,
    O’ t’reste encor un quarté d’lard,
    Dans lai feuillotte.
    Quand o gn’airé pus ran,
    Chitôt p’lai poste
    I t’envîrai d’ l’arzent.

    13 - Allons, vais-t’en, ne rébole pas,
    I t’écriré du pays bas.
    Envie en classe
    Le p’tiot sans l’fére manquer,
    Et pour tè, tâce
    De ne pas m’oublier.

    14 - Chu le chairiot é-tu mis 1’saic ?
    Doun’ moué mai pipe et mon taibaic,
    Mai limousine,
    Et mon grand aiguïon,
    Ne te chaigrine
    Pas, mai boune Fanchon.

    15 - Puis il s’en va, pauvre bouvier,
    Abandonnant son vieux foyer,
    Quittant sa femme
    Et ses enfants aussi,
    Pour être esclave
    Dans les bois de Toucy.

    16 - Ne peut-il donc, dans son Morvan,
    Vivre aussi bien en travaillant ?
    Quand là l’ouvrage
    Ne manque pas au bras,
    Est-il donc sage
    D’aller aux pays bas ? (***)

    CD - Chansons du Morvan
    Chanteurs et musiciens de l'U.G.M.M.
    Chantée par différentes voix du Morvan
    Musique par le groupe "Les Ragouts"

    (***)

    (Yonne, Côte-d'Or, Allier, Loiret)

     

     Les Boeufs

    source http://lemorvandiaupat.free.fr/galvachers.html

    Les galvachers utilisèrent d'abord des vaches, puis des boeufs au XIXème siècle, ce qui les distinguaient des charretiers locaux, boeufs roux de race dite morvandelle - ou "bétail rouge" -, courts et trapus, forts et courageux, dociles au bouviers. Avec l'introduction progressive de la race nivernaise en Morvan, les boeufs des galvachers, croisés avec la race locale, sont devenus des "boeufs barrés", c'est-à-dire roux et blancs, enfin totalement blancs à la fin du siècle dernier : ce sont ces grands boeufs blancs nivernais, aux longues cornes, que nous montrent les plus anciennes photographies et cartes postales.

     

    Les Galvachers du Morvan

    Boeuf du Morvan


    Les Galvachers du Morvan

     Boeuf Charolais

     

     

    Les Galvachers du Morvan

    "  Boeuf barré "

     

     

    Cartes postales anciennes de paysans et Galvachers


    Les Galvachers du Morvan

    Photos musée des galvachers à Anost Saône-et-Loire

     

    Les Galvachers du Morvan

     

    Les Galvachers du Morvan

    Attelage de boeufs


    Les Galvachers du Morvan

    Paysan Morvandiau  

    " aitou sas deux boeufs blans "

     

    Les Galvachers du Morvan

     Le Galvacher

     

    Les Galvachers du Morvan

    " Rentrer les foins "

     

    Les Galvachers du Morvan

    Un char

     

    Les Galvachers du Morvan

     

    « Labourage nivernais », célèbre toile de Rosa Bonheur.

     

     

     


  • Commentaires

    4
    Lundi 13 Juillet 2015 à 18:02

    Merci Stéphane pour ton commentaire.

    Paulo

    3
    hyvon stéphane
    Lundi 13 Juillet 2015 à 17:05

    Bonjour à vous, j'ai été élevé à Bussy , par une nourice que j'appelais Tata Yvonne elle m'a beaucoup donné.Je passais mes journées avec le Pierre Barnoin, il avait encore des boeufs et meme quand il à eu son tracteur Pony il a toujours gardé son char avec ses roues en bois.Que de souvenirs ! et bien sur bien que ma tata ne soit pas toujours ravie,j'ai appris le patois, maintenant que j'habite dans la Drome, je suis certainement le seul à le parler.

    Bien à vous...

     

    Le p'tiot d'l'Yvonne.

    2
    Mercredi 5 Février 2014 à 10:59

    Encore un article tres interessant et tres bien documenté!Merci beaucoup et  bonne journée de mercredi,Jean-Pierre

    1
    Mercredi 5 Février 2014 à 10:18
    Joseph Guégan

    Je n'avais jamais entendu parler de ces galvachers. Le débardage du bois en forêt avec un attelage de boeufs ne devait pas être facile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :