•  

     

    Chanteurs Canadiens

     

    Québec

     

     

    Chanteurs Québécois

    Félix Leclerc

     

     

    Chanteurs Québécois

    Gilles Vigneault

     

     

     

     

    Chanteurs Québécois

     

    Robert Charlebois

     

     

     

     

     

    Je suis un gars ben ordinaire
    Des fois j'ai pu l'goût de rien faire
    J'fumerais du pot, j'boirais de la bière
    J'ferais de la musique avec le gros Pierre
    Mais faut que j'pense à ma carrière
    Je suis un chanteur populaire

    Vous voulez que je sois un Dieu
    Si vous saviez comme j'me sens vieux
    J'peux pu dormir, j'suis trop nerveux
    Quand je chante, ça va un peu mieux
    Mais ce métier-là, c'est dangereux
    Plus on en donne plus l'monde en veut

    Quand j'serai fini pis dans la rue
    Mon gros public je l'aurai pu
    C'est là que je m'r'trouverai tout nu
    Le jour où moi, j'en pourrai pu
    Y en aura d'autres, plus jeunes, plus fous
    Pour faire danser les boogaloos

    J'aime mon prochain, j'aime mon public
    Tout ce que je veux c'est que ça clique
    J'me fous pas mal des critiques
    Ce sont des ratés sympathiques
    J'suis pas un clown psychédélique
    Ma vie à moi c'est la musique

    Si je chante c'est pour qu'on m'entende
    Quand je crie c'est pour me défendre
    J'aimerais bien me faire comprendre
    J'voudrais faire le tour de la terre
    Avant de mourir et qu'on m'enterre
    Voir de quoi l'reste du monde a l'air

    Autour de moi il y a la guerre
    Le peur, la faim et la misère
    J'voudrais qu'on soit tous des frères
    C'est pour ça qu'on est sur la terre
    J'suis pas un chanteur populaire
    Je suis rien qu'un gars ben ordinaire

     

     

    Chanteurs Québécois

     

     La complainte du phoque en Alaska

     

     

    Cré-moé, cré-moé pas, quéqu' part en Alaska
    Y a un phoque qui s'ennuie en maudit
    Sa blonde est partie gagner sa vie
    Dans un cirque aux Etats-Unis

    Le phoque est tout seul, il r'garde le soleil
    Qui descend doucement sur le glacier
    Il pense aux Etats en pleurant tout bas
    C'est comme ça quand ta blonde t'a lâché

    Ça vaut pas la peine
    De laisser ceux qu'on aime
    Pour aller faire tourner
    Des ballons sur son nez
    Ça fait rire les enfants
    Ça dure jamais longtemps
    Ça fait plus rire personne
    Quand les enfants sont grands

    Quand le phoque s'ennuie, il r'garde son poil qui brille
    Comme les rues de New York après la pluie
    Il rêve à Chicago, à Marilyn Monroe
    Il voudrait voir sa blonde faire un show

    C'est rien qu'une histoire, j'peux pas m'en faire accroire
    Mais des fois j'ai l'impression qu'c'est moi
    Qui est assis sur la glace les deux mains dans la face
    Mon amour est partie puis j'm'ennuie

    Ça vaut pas la peine
    De laisser ceux qu'on aime
    Pour aller faire tourner
    Des ballons sur son nez
    Ça fait rire les enfants
    Ça dure jamais longtemps
    Ça fait plus rire personne
    Quand les enfants sont grands {loin?}

     

     

    Chanteurs Québécois

    Diane Dufresne

     

     

     

     

     

     

     Les trois grands

     

    Quand les hommes vivront d'amour
    Il n'y aura plus de misère
    Et commenceront les beaux jours
    Mais nous, nous serons morts mon frère

    Quand les hommes vivront d'amour
    Ce sera la paix sur la Terre
    Les soldats seront troubadours
    Mais nous, nous serons morts mon frère

    Dans la grande chaîne de la vie
    Où il fallait que nous passions
    Où il fallait que nous soyons
    Nous aurons eu la mauvaise partie

    Quand les hommes vivront d'amour
    Il n'y aura plus de misère
    Peut-être song'ront-ils un jour
    A nous qui serons morts mon frère

    Mais quand les hommes vivront d'amour
    Qu'il n'y aura plus de misère
    Peut-être song'ront-ils un jour
    A nous qui serons morts mon frère

    Nous qui aurons aux mauvais jours
    Dans la haine et puis dans la guerre
    Cherché la paix, cherché l'amour
    Qu'ils connaîtront alors mon frère

    Dans la grand' chaîne de la vie
    Pour qu'il y ait un meilleur temps
    Il faut toujours quelques perdants
    De la sagesse ici-bas c'est le prix

    Quand les hommes vivront d'amour
    Il n'y aura plus de misère
    Et commenceront les beaux jours
    Mais nous, nous serons morts mon frère

    Quand les hommes vivront d'amour
    Ce sera la paix sur la terre
    Les soldats seront troubadours
    Mais nous, nous serons morts mon frère

     


    2 commentaires
  • AMUSED TO DEATH (Roger Waters)

    Roger Waters est un ancien membre du groupe PINK- FLYOD

     

    AMUSED TO DEATH (Roger Waters)

     

    L' album complet

    pour écouter :  http://youtu.be/qS35PVNzpOk

     

    Roger Waters et les guerres, c'est une longue histoire. Roger Waters et les problèmes que connaît notre paisible planète, c'est la même chose. Il est donc plus ou moins intéressant de voir ce que dit réellement ce sacré Roger dans ses textes. Amused To Death (en référence à un livre sur la télévision de Neil Postman intitulé Amusing Ourselves to Death : Public Discourse in the Age of Show Business) aborde tous les sujets possibles et imaginables, pour peu que l'être humain dans toute sa splendeur en prenne un sacré coup. La traduction qui suit n'est sans doute pas exacte à 100% (ça n'a pas été une partie de plaisir) mais l'important était ici l'interprétation plus que la traduction littérale des paroles. Mais je vous vois impatient alors allons-y.

     

    Traduction des titres :

    http://eteissier.pagesperso-orange.fr/Larmes/interpretations/amused.html

     

    Chronique

     

    http://www.seedfloyd.fr/article/amused-to-death

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Je viens de découvrir ce groupe Canadien ;  leur album est magnifique

     

     Album  Dark eyes

     

     

    Full Circle (Official Video)

     

    Call Me in the Afternoon [Official]

     

     

     

    No More Losing The War

    http://youtu.be/ButxpXMcfpg  

     


     

    She Wants to Know

     

     

    Need It

     

      

    Give Up

     

     

     

    Judgement

     

     

    Unofferable

     

     

    Drug You

    http://youtu.be/YSIoTRr9YGs

     

     

     

     Nerve

     

     

     

    Fire Escape

    http://youtu.be/8RqSeWvMYWY

     

     

     

    "21 gun salute"

     

     http://youtu.be/DI9u4_E2s3c

     

    Bonne écoute.

     

     yes

     


    1 commentaire
  •  

    1972

     

    Pink Floyd: Live at Pompeii

     

     Voici des extraits du concert du célèbre groupe pop dans le cadre majestueux des ruines de Pompéi.

     

     

    Bien qu'on lui ait proposé de jouer en play-back, le groupe a préféré se produire en direct. L'acoustique de l' amphithéâtre de Pompéi est remarquable, et le cadre antique du site donne une dimension supplémentaire à la musique du groupe.

    Contrairement à la très grande majorité des albums live qui sont le plus souvent enregistrés pendant des concerts, le Live at Pompéii de Pink Floyd est joué devant un théâtre vide de ses spectateurs. Ceci renforce encore l'impression d'un son totalement pur, idée récurrente chez Pink Floyd. Le film s'avère donc être « une sorte d'anti-Woodstock » (Adrian Maben), où le but serait de se focaliser sur la musique, et rien que sur la musique, laissant de côté « les réactions du public ».

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     Syd Barrett

     

     (L' éphémère figure des Pink-Floyd)

     

    Il est un des guitaristes initiateurs de la musique psychédélique, à l'époque où se développe la prise de LSD, qu'il expérimente.

     

    Syd Barrett

     

     Syd Barrett

    (1946-2006)

     


    Syd Barrett est un musicien britannique. Il s'adonne également à la peinture. Il est un des membres fondateurs du groupe Pink Floyd, dont il est exclu en 1968 à cause de son comportement instable notamment imputé à sa surconsommation de LSD.

     Il se lance alors dans une brève carrière solo avant de se retirer du monde pour vivre en reclus dans la banlieue de Cambride.

     

     

    London 1966

     

     

     

    Pink Floyd with Syd Barrett - London 66 - 67

     

     

     

    "Astronomy Domine" live, very,very rare!

     

     

     

     


     

        Pink Floyd - Astronomy Domine Live 1971

     

     

     Le meilleur morceau des Pink Floyd (écrit par Syd Barrett) !  Absolument génial

     

    Il fut remplacé dans le groupe Pink-Flyod par David Gilmour

    qui déclara à la mort de Syd

    "Il fut l'un des rares génies de la musique pop"

     

     

    Syd Barrett

     

     

     


    votre commentaire
  •  

      

     1967

    MONTY

     

     

    The Moody Blues-Nights In White Satin

     

     

     1968

    1969

     

     

    1969

     


     

     

    Aphrodite's Child - It's Five O Clock

     

     

     

     

     

     

                                   1968

     

             Claude-Michel Schönberg 1974

     

     

                    St Preux Your Hair 1975

     

     

     1971

     

     

                                     1975

     

     

                                       1981

     

     

    QUE DU BONHEUR

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Dans son vieux pardessus râpé
    Il s'en allait l'hiver, l'été
    Dans le petit matin frileux
    Mon vieux.

    Y avait qu'un dimanche par semaine
    Les autres jours, c'était la graine
    Qu'il allait gagner comme on peut
    Mon vieux.

    L'été, on allait voir la mer
    Tu vois c'était pas la misère
    C'était pas non plus l'paradis
    Hé oui tant pis.

    Dans son vieux pardessus râpé
    Il a pris pendant des années
    L'même autobus de banlieue
    Mon vieux.

    L'soir en rentrant du boulot
    Il s'asseyait sans dire un mot
    Il était du genre silencieux
    Mon vieux.

    Les dimanches étaient monotones
    On n'recevait jamais personne
    Ça n'le rendait pas malheureux
    Je crois, mon vieux.

    Dans son vieux pardessus râpé
    Les jours de paye quand il rentrait
    On l'entendait gueuler un peu
    Mon vieux.

    Nous, on connaissait la chanson
    Tout y passait, bourgeois, patrons,
    La gauche, la droite, même le bon Dieu
    Avec mon vieux.

    Chez nous y avait pas la télé
    C'est dehors que j'allais chercher
    Pendant quelques heures l'évasion
    Tu sais, c'est con!

    Dire que j'ai passé des années
    A côté de lui sans le r'garder
    On a à peine ouvert les yeux
    Nous deux.

    J'aurais pu c'était pas malin
    Faire avec lui un bout d'chemin
    Ça l'aurait p't'-êt' rendu heureux
    Mon vieux.

    Mais quand on a juste quinze ans
    On n'a pas le cœur assez grand
    Pour y loger tout's ces chos's-là
    Tu vois.

    Maintenant qu'il est loin d'ici
    En pensant à tout ça, j'me dis
    "J'aim'rais bien qu'il soit près de moi"
    PAPA...


    2 commentaires
  •  

    Mon Amie C7 m'a posté ceci :

     

    Escalier vers le paradisEscalier vers le paradis

    Escalier vers le paradis

     

     

    Escalier vers le paradisEscalier vers le paradis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cela m' a fait penser tout de suite

    à

     

    Stairway To Heaven

     

    1970

     

     

    Escalier vers le paradis

     

    Album LED ZEPPELIN IV

     

    C'est la véritable pierre angulaire de l' histoire du rock.

    La pièce maitresse,"Stairway to Heaven", sublime ballade, marque la symbiose du mysticisme hippie, des préocupations mythologiques, et des climats moyenâgeux qui passionnent le groupe.

     

    Dictionnaire" Le Rock" ( Larousse)

     

     

    Escalier vers le paradis

     

     

     

    Paroles et traduction de "Stairway To Heaven"

    Stairway To Heaven (Escalier Vers Le Paradis)


    Il y a une femme qui est certaine que tout ce qui brille est or
    Et elle achète un escalier menant au paradis
    Et lorsqu'elle y est, elle sait si les comptoirs sont fermés
    Un mot lui suffira pour avoir ce pourquoi elle est venue
    Ooh, ooh, et elle achète un escalier menant au paradis

    Il y a un signe sur le mur, mais elle veut en être certaine
     

    Parce que tu vois les mots ont parfois un double sens
    Sur un arbre à côté du ruisseau, il y a un oiseau qui chante
    Parfois toutes nos croyances sont mises en doute
    Ooh, ça sème le doute en moi
    Ooh, ça sème le doute en moi

    J'ai une sensation lorsque je regarde vers l'ouest
    Et mon esprit a grand besoin de partir
    Dans mes songes j'ai vu des ronds de fumée à travers les arbres
    Et les voix de ceux qui laissent faire sans bouger
    Ooh, ça sème le doute en moi
    Ooh, ça sème réllement le doute en moi

    Et on chuchote que bientôt, si nous donnons tous la mélodie
    Alors le flutiste nous mènera à la raison
    Et un nouveau jour viendra pour ceux qui sont toujours là
    Et les forêts retentiront de joie

    S'il y a du remue-ménage dans ta haie, ne t'affole pas
    C'est simplement le nettoyage de printemps pour la Reine de Mai
    Oui, il y a deux voies que tu peux prendre, mais au bout du compte
    Il est encore temps de changer ta route
    Et ça sème le doute en moi

    Ta tête bourdonne et ça ne partira pas, au cas où tu ne le sais pas
    Le flutiste t'invite à le rejoindre
    Chère madame, peux-tu entendre le souffle du vent, et le savais-tu
    Que ton escalier s'étend sur le vent murmurant

    Et alors que nous dévalons la route
    Nos ombres plus grandes que nos âmes
    Il y a une femme qui marche que nous connaissons tous
    Qui brille d'une lumière blanche et veut montrer
    Comment chaque chose se change en or
    Et si tu écoutes attentivement
    Finalement l'air viendra à toi
    Lorsque tous ne font qu'un et qu'un les fait tous
    Pour être un roc et ne pas rouler

    Et elle achète un escalier menant au paradis

     

     

     

    1 commentaire
  •  

    Fernandel, de son vrai nom Fernand-Joseph-Désiré Contandin, est un chanteur, acteur et réalisateur français né le 8 mai 1903 à Marseille, et mort le 26 février 1971 à Paris.

     

     

     

    Une chanson d'actualité .

     

     

     Une des plus connues

     

     Les gens riaient

     

     

     

     Une dernière interview, il décèdera un mois plus tard .

     

     

    Ignace

     


    1 commentaire
  •  

    (Paroles: Fernand Bonifay / Musique: Marino Marini, 1957)

     

     

    C´était un gamin, un gosse de Paris,
    Pour famille il n´avait qu´ sa mère
    Une pauvre fille aux grands yeux rougis,
    Par les chagrins et la misère
    Elle aimait les fleurs, les roses surtout,
    Et le cher bambin tous les dimanche
    Lui apportait de belles roses blanches,
    Au lieu d´acheter des joujoux
    La câlinant bien tendrement,
    Il disait en les lui donnant :

    "C´est aujourd´hui dimanche, tiens ma jolie maman
    Voici des roses blanches, toi qui les aime tant
    Va quand je serai grand, j´achèterai au marchand
    Toutes ses roses blanches, pour toi jolie maman"

    Au printemps dernier, le destin brutal,
    Vint frapper la blonde ouvrière
    Elle tomba malade et pour l´hôpital,
    Le gamin vit partir sa mère
    Un matin d´avril parmi les promeneurs
    N´ayant plus un sous dans sa poche
    Sur un marché tout tremblant le pauvre mioche,
    Furtivement vola des fleurs
    La marchande l´ayant surpris,
    En baissant la tête, il lui dit :

    "C´est aujourd´hui dimanche et j´allais voir maman
    J´ai pris ces roses blanches elle les aime tant
    Sur son petit lit blanc, là-bas elle m´attend
    J´ai pris ces roses blanches, pour ma jolie maman"

    La marchande émue, doucement lui dit,
    "Emporte-les je te les donne"
    Elle l´embrassa et l´enfant partit,
    Tout rayonnant qu´on le pardonne
    Puis à l´hôpital il vint en courant,
    Pour offrir les fleurs à sa mère
    Mais en le voyant, une infirmière,
    Tout bas lui dit "Tu n´as plus de maman"
    Et le gamin s´agenouillant dit,
    Devant le petit lit blanc :

    "C´est aujourd´hui dimanche, tiens ma jolie maman
    Voici des roses blanches, toi qui les aimais tant
    Et quand tu t´en iras, au grand jardin là-bas
    Toutes ces roses blanches, tu les emporteras"

    1925   Paroles  : Charles Louis Pothier

              Musique : Léon Raiter

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique