• Stubby & Cher Ami

     

     Deux héros de la première guerre mondiale.

     

     

    Stubby

     

    Son nom en anglais signifie « trapu » ou « courtaud ».

     

    Stubby & Cher Ami

                                                                          wikipédia

     

    Trouvé en 1917 par John Robert Conroy, Stubby monta  clandestinement à bord du USS Minnesota, lorsque l' unité de  Conroy fut envoyée en France.

    Stubby participa à quatre offensives et à dix-sept batailles.

    Il fut blessé à la patte avant par une grenade.

    Une fois guéri, il retourna dans les tranchées.

    Après avoir survécu à une attaque au gaz , Stubby apprit à prévenir son unité d'attaques imminentes au gaz.

    Il prévenait de l' arrivé des obus, et retrouvait des soldats perdus dans le

    " no man's land ".

    Après avoir permis la capture d' un espion allemand en Argonne, il fut promu au grade de sergent par le commandant de la 102e division d'infanterie, devenant le premier chien gradé de l'armée des États-Unis.

     

     

    Stubby & Cher Ami

    http://historyexplorer.si.edu/resource/?key=7016

     

    Ce sont des femmes de Château-Thierry (02) qui lui confectionnèrent  ce manteau en peau de chamois, pour que Stubby puisse arborer ses médailles .

     

     

    Sergent Stubby, héros de la Première Guerre.

     

     

     

     

     

    Cher Ami

     

    Stubby & Cher Ami

    http://historyexplorer.si.edu/resource/?key=7016

     

    Cher Ami, ( en fait une pigeonne voyageur ) a été donné par des colombophiles du Royaume-Uni, puis a été entraîné par des colombophiles américains.

    Lors de la Première Guerre mondiale, il participa au sauvetage du

    "Lost Battalion" de la 77e division d’ infanterie américaine,

    lors de la bataille de l'Argonne, en octobre 1918.

    Le 3 octobre 1918, Charles Whittlesey et plus de 500 hommes sont pris au piège dans une petite dépression sur le côté d'une colline proche des lignes ennemies, sans nourriture ni munitions.

    Ils commencent également à subir des tirs amis de la part des troupes alliées qui ne sont pas au courant de leur position.

    Cernés par les Allemands, plusieurs soldats sont tués ou blessés les deux premiers jours et seuls 200 hommes restent encore en vie.

    Whittlesey envoie alors des messages par pigeon. Le premier pigeon, portant le message "Beaucoup de blessés. Nous ne pouvons pas évacuer.", est abattu. Un second pigeon est envoyé avec le message "Les hommes souffrent. Pouvons-nous avoir un support" est lui aussi tué.

    Le dernier pigeon, Cher Ami, est alors envoyé, portant dans une canule à sa patte gauche le message,

     

    Stubby & Cher Ami

                                                     parispigeonpost.wordpress.com

     

    "Nous sommes le long de la route parallèle au 276.4. Notre propre artillerie fait un tir de barrage sur nous. Pour l’amour du ciel, arrêtez".

    Alors que Cher Ami vole vers sa maison, les Allemands l’aperçoivent et ouvrent le feu durant plusieurs minutes.

    Les hommes du" Lost Bataillon" voient Cher ami se faire toucher et tomber au sol, mais celui-ci reprend son vol.

    Il parvient à regagner son abri au quartier général de la division, couvrant 25 miles en 25 minutes, permettant de sauver la vie de 194 hommes.

    Durant cette mission, Cher Ami délivre son message bien qu'il ait été touché à la poitrine et à un œil, qu'il soit couvert de sang et qu'une de ses pattes ne tienne plus que par un tendon.

     

    Stubby & Cher Ami



    Cher Ami est alors le héros de la 77e division d’infanterie américaine, ce qui lui vaut des soins de la part des médecins du régiment.

    Ils ne furent pas capables de sauver sa patte, mais lui firent une prothèse en bois. Une fois sa santé retrouvée, Cher Ami fut rapatrié aux États-Unis par bateau, le général John J. Pershing assistant personnellement à son départ de France.

    À son retour aux États-Unis, Cher Ami devient la mascotte du département. Il est par ailleurs décoré de la Croix de guerre avec palme pour son action héroïque dans la délivrance de douze messages lors de la bataille de Verdun. Il meurt à Fort Monmouth, dans le New Jersey, le 13 juin 1919 des blessures reçues lors de sa dernière bataille et entre au Racing Pigeon Hall of Fame en 1931.

    Il reçoit également la médaille d'or de la part de la Organized Bodies of American Racing Pigeon Fanciers en reconnaissance de ses prouesses lors de la guerre.

    Le corps empaillé de Cher Ami fait partie de la collection du Smithsonian Institution. 

     

     

    Stubby & Cher Ami

     

     

    Cher Ami, comment fais-tu !
    Ecoutez, laissez-moi vous parler;
    Je ne vais pas vous faire de mal, ne voyez-vous pas ?
    Venez, vous êtes un peu trop loin pour moi.

    Un peu maigrichon bleu et blanc,
    messager pour les hommes qui se battent,
    parlez-moi de la profonde cicatrice rouge,
    là-bas, là où les plumes ne sont pas.

    Qu'en est-il de votre pauvre patte gauche ?
    Dites-moi, Cher Ami, je vous prie.
    Garçons et filles ne savent,
    Comment vous avez gagné cette Croix d'argent.

    "La meilleure chose qui me soit arrivée
    c'est quand je suis allé avec Whittlesey;
    Nous avons marché si vite, si loin !"
    "Nous sommes tous perdus" déclara le chef;

    "Mon Cher Ami - c'est mon cher ami -
    Vous êtes celui que nous allons envoyer;
    Le bataillon tout entier est aujourd'hui perdu,
    Et vous devez réussir à tout prix."

    Donc, avec le message lié serré;
    Je me suis envolé à pic de toutes mes forces,
    Avant d'être assez haut,
    Les armes ont commencé à me mitrailler.

    Les balles des mitrailleuses m'ont entouré comme la pluie,
    On pouvait penser que j'étais un avion;
    Et quand j'ai commencé à partir,
    moi, les coups de feu se sont approchés !

    Mais je me suis envolé, tout droit comme une abeille;
    Le vent ne pouvait pas me rattraper,
    Jusqu'à ce que je sois redescendu à terre,
    Dans le camp de nos propres hommes !

    Mais, Cher Ami, sur ma parole,
    Vous modeste, modeste petit oiseau;
    Maintenant, ne savez-vous pas que vous avez oublié ?
    Dites comment votre poitrine et votre patte ont été abattues.

    "Oh, oui, le jour où nous avons franchi la Meuse,
    J'ai pris l'avion à Rampont avec le courrier;
    Encore une fois les balles venaient comme la grêle,
    J'ai pensé pour sûr que j'allais tomber."

    Les balles sifflaient comme une abeille,
    Si proches, ça m'a presque fait peur;
    Une a frappé les plumes de mes ailes,
    Un autre est passé à travers ma queue.

    Mais quand je suis rentré à l'arrière,
    je me suis aperçu qu'ils m'avaient touché là et ici;
    Mais cela n'était rien, ça ne faisait rien;
    un vieux Poilu, presque aveugle.

    Je ne me préoccupais pas de ce qu'ils disaient,
    car, quand ils avaient vu la façon dont j'avais saigné,
    et trouvé devant une boule gonflée,
    avec le message accroché à ce moignon;

    Les Français et les miens ont dit : "Très bien",
    ou Very good - en américain.
    "Mon Cher Ami, tu as apporté de bonnes nouvelles;
    notre armée a traversé la Meuse !

    Tu as sûrement eu un coup de chance !"
    Et donc j'étais content. Je crois que c'est tout.
    Je vais m'asseoir, alors pardonnez-moi, je vous prie;
    Il m'est difficile de tenir sur une jambe !


    "Cher Ami" et Poèmes De France
    Presse Rough & Brown, 1920
     
     
    Source:
     
     
     
    sarcastic

  • Commentaires

    4
    C7
    Dimanche 22 Février 2015 à 17:12

    Hello, Stubby j' ai entendu parler par contre pas de souvenirs pour la pigeonne Cher Ami .... wahooo je ne connaissais pas du tout et très bel hommage pour cette pigeonne amputée d' une patte mais soignée avec beaucoup d' attention.

    Quelle vie elle a eu .... prestigieuse ce Cher Ami et quel joli poème il lui a été dédié. Encore un bel article insolite celui ci mais qui nous apprend toujours quelque chose. Merci et à toute ..... C7

    3
    Mardi 17 Février 2015 à 16:03
    francinea


    bonjour, un très beau poème sur ce cher ami, qui a rempli sa mission sans faillir, ce sont deux héros inattendus,  je te souhaite une bonne journée bisous

    2
    Lundi 16 Février 2015 à 19:02
    francinea


    bonjour, merci pour ces histoires, je me suis réglée à les lire: je te souhaite une bonne journée bisous

    1
    Dimanche 15 Février 2015 à 10:25

    Stubby, très belle histoire...! Bon dimanche, Jean-Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :