•  

    Joseph Ferdinand Cheval

    1836-1924

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

    Plus connu sous le nom du facteur Cheval, il est né en 1836 à Charmes-sur-l'Herbasse ( 26 ). C'est un facteur, célèbre pour avoir passé 33 ans de sa vie à édifier un « Palais idéal» et huit années supplémentaires à bâtir son propre tombeau, tous deux considérés comme des chefs-d'œuvre d'architecture naïve à Hauterives Drôme, où il décède en 1924.

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

    Un jour d’avril 1879, au retour de sa tournée quotidienne de facteur rural, Ferdinand Cheval, qui a alors 43 ans, bute sur une pierre si bizarre qu’elle lui rappelle un rêve qui sombrait peu à peu dans l’oubli : un rêve féérique dépassant son imagination. Il va consacrer 33 années de son existence à modeler, nuit après nuit, un monument d’obstination.

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

     

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

     

    La brouette

     

     

     Hauterives - Le Palais Idéal du Facteur Cheval (Drôme)

     

    Le Palais Ideal du Facteur Cheval

    Son tombeau

    Le Tombeau du silence et du repos sans fin

     


    1 commentaire
  •  

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Vue aerienne

     

    Le Village

     

    Situé à deux kilomètres au nord de Romans, Mours est accessible par la route départementale 538, vieille route dite " des dauphins " dont l'usage remonte à la plus haute antiquité, reliant Vienne à Marseille. Du village émerge le vieux clocher, à l'aspect un peu trapu, différent des clochers des alentours.
    Le site est bâti au pied de collines molassiques, bordant la vallée de l'Isère. Le mot MOURS contient l'idée de marais, autrefois présents, quand le torrent capricieux de la Savasse, roulait ses eaux de PEYRINS jusqu'à Jacquemart et l'Isère, à ROMANS.

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    La Mairie

     

     Mours-St-Eusèbe (26)

    Notre Dame de Mours

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    L' Art Sacré

     

    http://museeartsacre.free.fr/presentation.html

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Vierge au mouchoir

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Saint Jean 

     

     L'Eglise romane du village de Mours-St-Eusèbe accueille une collection exceptionnelle de quelque 25.000 objets, du XIVe au XXe siècle, de la vie religieuse et profane, sauvés de la destruction ou de l'oubli par le Père des Cilleuls .
    Rassemblés depuis plus de cinquante ans, les plus modestes objets de la piété populaire aux plus somptueux objets de culte témoignent tous de la même foi, du même amour du métier qui anima leurs créateurs, artistes, artisans, religieux ou civils...
    Statues, autels et retables, tableaux, livres, orfèvrerie, reliquaires, ex-voto, vêtements aux soieries et broderies raffinées…, sont exposés dans le chœur, la sacristie et les chapelles.
    Cette collection diocésaine, qui a obtenu la reconnaissance de la Direction des Musées de France, est inestimable : elle donne un aperçu sur l'étendue du domaine religieux, ses fonctions, les règles auxquelles il obéit, la vie qu'il met en place, les échanges entre espace sacré et espace profane.
             


    Père Raoul des Cilleuls

    Curé de Notre Dame De Mours 

    Un premier Septembre il célébra notre mariage

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    1924 - 2010

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

     Connu et aimé de tous, croyant ou non sa disparition n' a laissé personne indifférent.

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    Missels en ivoire

    http://www.liturgiecatholique.fr/Musee-diocesain-d-Art-Sacre-de.html

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Le chevet de Notre Dame de Mours- St- Eusèbe

    De l'édifice élevé au XIe siècle, il ne reste que la tour et le mur méridional.


     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Le Clocher

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    Pierre à Cupules

    Descendue du coteau de Mours, elle témoigne d'un culte païen. La légende nous dit que la colline de Saint-Eusèbe fut le rendez-vous des sorciers... Elle a révélé des traces d'un culte païen, puis d'un premier culte chrétien avec une chapelle dédiée à Saint-Eusèbe.

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    Chapelle romane

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     Maison forte de Chalaire

    Avec son donjon de quatorze mètres de haut, la maison forte de Chalaire, est mentionnée dès le 11ème siècle dans le cartulaire de Saint-Barnard. Au delà de sa longue histoire, la notoriété de cet édifice est liée aux séjours du Dauphin Louis II (futur Louis XI) qui, au 15ème siècle, entre 1450 et 1455, y signa plus de vingt ordonnances concernant la gestion du Dauphiné.

     

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    La rue principale (années 30)

     

     

     

    Mours c'est aussi

     

     

    Petite ballade dans les coteaux de Mours

     

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

     

     

    Statue de la Vierge érigée au sommet des coteaux de Mours

    (au sommet très belle vue sur la plaine de Romans et le Vercors)

     

     

    Mours-St-Eusèbe (26)

    Le Vercors

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Crussol Ardèche

                                                                                                                                                   internet

    Montagne de Crussol

     

    Crussol, c'est un massif et un château. C’est une petite montagne étirée sur trois kilomètres du Nord au Sud. Elle représente une ligne de crêtes assez régulière dont l’altitude passe progressivement de 306 à 406 mètres.

    Crussol est l' un des sites des plus grandioses de la vallée du Rhône.

     

    Crussol Ardèche

    St Peray Ardèche

     

    A 5 km de Valence, au pied de la colline de Crussol, en bordure de la vallée du Rhône, Saint-Péray est depuis toujours un lieu de passage entre la montagne ardéchoise et la plaine de Valence.
    Les habitants de Crussol ont successivement abandonné la "Villette" pour aller peupler, dans le bas du vallon, la ville de Saint-Péray,

     

     

     

    Château de Crussol forteresse médiévale du XII ème siècle.

     

    Crussol Ardèche

    Giraud Bastet de Crussol

     

    Bastet de Crussol choisit d' établir en ce lieu son château fort.

    L' ambition des " petits sires de Crussol " les élève aux charges les plus hautes du royaume.

    Un Crussol sera chambellan de Louis XI , un autre par son mariage, deviendra l' héritier des Comtes d' Uzès.

    Petit à petit les Crussol s' éloignent de l' incommode forteresse ancestrale, qui sera en partie abattue au 17 ème siècle .

    Ils s' établissent au château d' Uzès.

    En 1785, selon la tradition, Bonaparte en garnison à Valence réussit, avec l' un de ses frères,  à faire l' ascension de Crussol par la falaise, au péril de sa vie.

     

     

    Crussol Ardèche

    Gravure de 1842

     

    Crussol Ardèche

     

    Crussol Ardèche

     

     

    Crussol Ardèche

    La Villette

    On accède aux ruines du Château en traversant les vestiges d' une centaine de maisons qui constituaient le refuge des habitants de la plaine en périodes troubles.

     

    Le Château

     

    Crussol Ardèche

    Photos camping-car.eu.com

     

    Crussol Ardèche

     

    Crussol Ardèche

    Photos Wikipédia

     

    Crussol Ardèche

     

    Kiosque Peynet (Valence) et  Crussol

    C’est ici, en 1942, que le dessinateur Raymond Peynet mit au monde ses fameux Amoureux, immortalisant ainsi la scène qui se déroulait sous ses yeux : une femme et un violoniste, s’ aimant passionnément sous ce kiosque. Le kiosque Peynet offre une vue romantique sur les montagnes ardéchoises et les ruines du château de Crussol.

     

    Crussol Ardèche

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     Une spécialité de Valence (Drôme)

     

    Le Suisse de Valence

                                                                                                                                                        07/2013

     

                      Un suisse fait maison par Gilbert à Mours St Eusèbe (26)                                                                                      

     

    Le suisse de Valence est un biscuit sablé à base de pâte sablée et d’écorces d’orange, de l’apparence d’un bonhomme trapu (vendu en différents formats), revêtu d’un costume de garde suisse.

    Beurre, sucre, farine, œufs, écorces d’orange confite, parfum à la fleur d’oranger entrent dans la composition d’une pâte homogène, coupée en pâtons, façonnés en bonhommes. Un peu de pâte est conservée pour la décoration : un demi-cercle pour le chapeau, des petites boules pour le nez, le menton, les boutons, des bandes pour les bras, le corps et les pieds, un petit filet pour les moustaches… Le tout, pouvant être agrémenté de raisins de Corinthe pour les boutons, est badigeonné d’un mélange œuf-miel et enfourné à haute température.

    Parfois un peu « compact », mais toujours fondant, ce plaisir des enfants reste aussi un régal pour les grands qui le dégustent volontiers au café…

    Ce biscuit rappelle un épisode de l’histoire de la préfecture de la Drôme : le pape Pie VI, envoyé en exil à Valence par le Général Bonaparte, y décéda en 1799. Il s’écoula deux années avant que le retour de sa dépouille à Rome ne soit autorisé… Durant ce laps de temps, un détachement de Gardes Suisses veilla les reliques du patron de l’église catholique.

    Auteur F. Zégierman, relecture Keldélice.

     

     

     

    http://www.marmiton.org/recettes/recette_le-suisse-specialite-de-valence-drome_37156.aspx

     

    Le Suisse de Valence (26)

    Le dauphiné libéré (2008)

     

    Suisse géant fabriqué à l' occasion de la sortie du film d' animation

    Mia et le Migou

    (studio folimage de Bourg- lès- Valence 26)

     présentation du film :

     http://youtu.be/ubZxijeUE38

     

     

    « Un produit du terroir perdure lorsqu’il se marie bien avec un autre produit local. C’est le cas du Suisse, délicieux avec un verre de Saint Péray ou de Clairette de Die »

     

    Le Suisse de Valence (26)

    Saint Péray, vignoble

    Ardèche

     

    Le Suisse de Valence (26)

     

    Vignoble du Diois Drôme

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Crémieu (3)

     

    Les remparts sur la colline St Hyppolite

     

    Crémieu (3)

    Deux vues aériennes du prieuré Saint-Hippolyte

     

    Crémieu Isère (3/3)

     

     Dominant la ville à l'est, depuis le XIIe siècle, le prieuré bénédictin Saint-Hippolyte était relié aux fortifications de Crémieu. Rattaché à l'abbaye de Saint-Chef en 1247, il ne tarda pas à être délaissé. Dès le début du XVe siècle, la chapelle fut désaffectée et le prieuré utilisé comme ferme.

     

    Crémieu (3)

    Le chemin escalier montant  au prieuré

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                    21/06/2013

     

    Tour carrée de l' entrée du prieuré

     

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                  21/06/2013

    Crémieu (3)

                                                                    internet

    Mortier de 240 mm (1917) vestige de la grande guerre.

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                  21/06/2013

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                   21/06/2013

    Tour ronde des remparts

    vestiges de l'ancien couvent (ruiné par le baron des Adrets).

     

     

    Crémieu Isère (3/3)

    François de BEAUMONT, BARON des ADRETS 1513-1587 :

     

    http://www.museemilitairelyon.com/spip.php?article32

     

     

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                    21/06/2013

    Tour à fenêtres des remparts

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                 21/06/2013

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                  21/06/2013

     

    Une petite pause avant de redescendre à la ville basse

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                   21/06/2013

    Vue panoramique sur la cité

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                 21/06/2013

     

    Une dernière halte devant l' hôtel de ville pour déguster la spécialité de Crémieu :

     

     

    La Foyesse

     

    Crémieu (3)

     

    http://www.recettes-online.fr/dessert/regional/3-952-99-tarte-sucre-foyesse-cremieu.html

     

    Crémieu (3)

                                                                                                                                                 21/06/2013

     

    Et nous quittons la cité médiévale en repassant sous

    la porte de la loi

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                              Wikipédia

    L'église fortifiée de Crémieu

     

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                          21/06/2013

      

    L’église et ses fresques augustiniennes

     

    C’est l’ancienne chapelle du couvent des Augustins. A la Révolution, en 1791, lorsque tous les bâtiments conventuels furent rachetés, elle devint église paroissiale. Construite à partir du 14e siècle et adossée aux remparts, elle a la particularité d’être orientée sud nord. Au 15e siècle, une deuxième période de construction vers le nord va être entreprise. Elle connaîtra une succession de modifications jusqu’au 19e siècle notamment le plafond initialement en chêne lambrissé sera remplacé par des voûtes néogothiques. Dernièrement, des peintures augustiniennes dans le chœur de l’église ont été mises à jour. De l’avis des experts italiens venus les étudier, elles constituent un ensemble pictural unique en France !

     

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                          21/06/2013      

    Les fresques             

     

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                               21/06/2013

                              

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                         photo internet 

     

    http://medieval.mrugala.net/Architecture/France,_Isere,_Cremieu/Cremieu%20-%2010.htm

                         

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                               21/06/2013

     

    Dans une chapelle latérale, la statue du Saint curé d’Ars

     

    Le  8 mai 1786 , Jean-Marie Vianney naît à Dardilly, près de Lyon.

    Il est le quatrième de six enfants, et passera son enfance dans la

    ferme de son père, durant la période troublée de la Révolution

    française. 1806 : ayant manifesté le désir de devenir prêtre,

    Jean-Marie Vianney commence sa formation auprès de l’Abbé

    Balley, au presbytère d’Écully.  23 juin 1815 : après une formation

    longue et souvent difficile, il est ordonné diacre à Lyon.  13 août

    1815 : il est ordonné prêtre à Grenoble par Mgr Simon. Il est alors

    nommé vicaire de l’Abbé Balley à Écully. 13 février 1818, il arrive à

    Ars comme desservant. 1821 : Ars retrouve le statut de paroisse et

    Jean-Marie Vianney en devient le Curé. À partir de 1822, il

    entreprend de restaurer et d’embellir son église, tâche qu’il

    poursuivra jusqu’à sa mort. 1823 : le diocèse de Belley, dont

    dépend la paroisse d’Ars, est rétabli. 1824 : il ouvre la Maison de

    Providence pour en faire une école gratuite pour les filles ; elle

    deviendra plus tard un orphelinat. Vers 1830 : début de l’afflux des

    pèlerins et des pénitents à Ars. Ils ne cesseront de venir toujours

    plus nombreux, et ce jusqu’à sa mort. Le Curé d’Ars ne pourra

    presque plus quitter sa paroisse, il s’occupera exclusivement de

    ses paroissiens et des pèlerins. 1843 : grave maladie du saint

    Curé, qui précède la première “fuite” d’Ars. Il y aura trois autres

    fuites, face à l’ampleur de la charge de Curé et la prise de

    conscience de ses faiblesses. En 1849, il fonde l’école des

    garçons qu’il confie aux Frères de la Sainte Famille de Belley. À

    partir de 1853, une équipe de missionnaires diocésains vient aider

    le saint Curé, “prisonnier” du confessionnal et assailli par les

    pèlerins. 1858 : on dénombre 100 000 pèlerins environ cette

    année-là à Ars. Le Curé d’Ars passe jusqu’à 17 heures par jour au

    confessionnal. 4 août 1859 : le Curé d’Ars meurt épuisé vers 2

    heures du matin, dans son presbytère. 8 janvier 1905 :

    béatification par le pape Pie X ; il est déclaré “patron des prêtres

    de France”. 31 mai 1925 : canonisation par le pape Pie XI. 1929 : il

    est déclaré “patron de tous les Curés de l’univers” par le pape Pie

    XI. 6 octobre 1986 : le pape Jean-Paul II vient en pèlerinage à Ars.

     

     

     

    La halle de Crémieu

     

     

    Crémieu Isère (2/3)

     

     

     Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                            21/06/2013   

     

    Située à la croisée des grandes voies de commerce reliant la Savoie, la Suisse et l'Italie, Crémieu a, dès le XIIIe siècle, une grande importance économique. Un marché public se tient sur les hauteurs de la ville avant d'être implanté à l'emplacement de la halle actuelle. Lieu marchand et lieu d'échanges, cet édifice est l'un des plus importants de France par ses dimensions (60,80 m par 19,50 m). Classée monument historique en 1906, la halle a probablement été construite au début du XVe siècle (1434), comme l'indique une récente analyse des bois de charpente. Emblème de la ville, la halle n'a pas changé d'aspect ni de fonction depuis plus de cinq cents ans. Elle est divisée en trois nefs par des murs-bahuts, percés de passages piétonniers.  

                                                                

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                       21/06/2013

     

    La charpente en chêne supporte une couverture de laves de Bourgogne - elles ont récemment remplacé les "couvrures" anciennes - de quatre cents tonnes ! 

    les pierres plates ou lauzes s'appellent dans ce canton du Dauphiné des "couvrures".

     

                                                   

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                                          internet

    A l' extrémité Est de la halle se trouvent des mesures à grain en pierre de taille, de contenances diverses calibrées avec précision selon les unités traditionnelles de mesure : le bichet (19,5 litres), la bichette (un demi-bichet), l'émine (deux bichets) et le setier (quatre bichets).

     

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                               21/06/2013

     Les mesures à grain
     

    Crémieu Isère (2)

                                                                                                                                              21/06/2013

     

    En resortant de la halle nous appercevons la tour ronde des remparts, prochaine étape de notre visite .

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    Crémieu Isère

     

     Crémieu

     

     

    Crémieu Isère (1/3)

     Plan de Crémieu

     

    Crémieu a conservé sa cité médiévale. Les habitants sont appelés les Crémolans et Crémolanes. La ville est située au nord-ouest du département, à 15 km au nord de Bourgoin-Jallieu, et environ 40 km à l’ est de Lyon .

     La ville a gardé de nombreuses maisons anciennes (XVIe-XVIIIe siècles), de beaux restes de fortifications (portes du XIVe siècle, segments de murailles), de vastes halles couvertes (XVe siècle), et le couvent des Augustins ( dont le cloître est intact) ce couvent sert de mairie depuis la Révolution Française.

    Le château delphinal domine la ville côté Est, tandis que les ruines d'un prieuré fortifié couvrent toute la colline Saint-Hippolyte à l' Ouest.

      

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                21/06/2013

    La porte de la loi

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                 21/06/2013

    Le château delphinal

     

    Nous accédons à la cité en empruntant cette porte de la loi .

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                               21/06/2013

    Ensemble de maisons à échoppes

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                 21/06/2013

    La montée au château des dauphins sur la colline St Laurent, offre une jolie vue sur les toits de la ville, et sur la colline St Hypolite. Située à la frontière entre le Dauphiné et les Savoie, la châtellenie de Crémieu joue un rôle militaire important. Face au château, un prieuré de bénédictins, entouré de ses propres fortifications, se trouve au sommet des falaises de Saint-Hippolyte.

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                 21/06/2013

    Le château Delphinal  XII-XIII ème

    (il ne se visite pas)

     

    Restauré essentiellement au 19e siècle, c’est l’ un des lieux les plus chargés d’ histoire de la ville. Le premier château construit au 12e siècle est réédifié par les Dauphins de La Tour à partir de 1282. Chef-lieu de mandement aux portes du Dauphiné, Crémieu est abritée et protégée, à l’ intérieur de ses fortifications par le château delphinal installé sur la colline Saint-Laurent. Suite au Traité de Lyon de 1601 qui met fin à la lutte engagée entre le Dauphiné et la Savoie, le château connaît une longue période de détérioration. A partir de la Révolution, il appartiendra à des propriétaires privés et sera restauré en partie à partir de 1904.

     

    Crémieu Isère (1/3)

                                                                              internet

    Crémieu Isère (1/3)

                                                                                                                                                        internet

     

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                               21/06/2013

    Nous redescendons à la ville basse

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                21/06/2013

     

    Ancien couvent des Augustins devenu l'hôtel de ville à la révolution

    Fondé vers 1317 par les Dauphins de la Tour, le couvent des Augustins est resté le monument le plus prestigieux de la ville de Crémieu, malgré les nombreuses altérations subies par l' édifice après la Révolution. 


    Entrons dans l'hôtel de ville

     

     Crémieu Isère

                                                                                                                                                21/06/2013

    Le chauffoir

     

    Il s'agit  d'une cuisine. Elle présente quatre croisées d'ogives retombant sur un pilier central et conserve une cheminée monumentale installée au XVII ème siècle.

     

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                 21/06/2013

     La salle du chapitre

    (salle du conseil municipal)

    C'est le lieu de réunion du chapitre. On y traite des problèmes matériels de l'ordre. Le plafond peut-être daté de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle.

     

    Crémieu Isère

                                                                                                                                                  21/06/2013

     

    Crémieu Isère (1/3)

                                                                                                                                             cartesfrance.fr

     

    Le cloître du couvent des Augustins XVII ème

     

    Le cloître appartient aux travaux de reconstruction entrepris par les religieux vers 1640, après l' effondrement accidentel d'une partie des bâtiments. Les galeries sont pavées de dalles funéraires provenant de l'église et ornées de l' emblème des Augustins, le coeur, ou des emblèmes propres aux différentes corporations de la ville.

     

    Fin de la première partie !

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Pérouges (Ain)

    Pérouges

    Pérouges (Ain)

    Pérouges est située à 36 kilomètres au nord est de Lyon. C'est une ancienne cité de tisserands, dont la double enceinte de remparts a pu être restaurée. L'architecture interne est typique de l'époque du Moyen Âge avec des demeures datant XVe et XVIe siècles, mais également des rues en galets et une église fortifiée.

     

      Pour la visite prévoir des chaussures plates !

     

    Pérouges (Ain)

     

    Vue aérienne

     

     

    Pérouges (Ain)

     La porte d' en haut

     

    L' église Sainte-Marie-Madeleine

     

    Elle se situe à proximité immédiate de la porte d'en haut,  et est connexe au mur d' enceinte de la cité. Cela lui vaut d'ailleurs la dénomination d'« église-forteresse ».

     

    Pérouges (Ain)

     

    L' église forteresse

     

     Pérouges (Ain)

                                                                              Aôut 2009

                                                                                                                                                 

    Pérouges (Ain)

     

     

    Pérouges (Ain)

     

    Saint Georges, St patron de Pérouges

     

    Pérouges (Ain)

                                                                                                                                                  Août 2009

     

    Rue des Rondes

     

     

    Pérouges (Ain)

     

    Maison du Cadran Solaire

     

    Pérouges (Ain)

     

    « Je ne te marquerai que l'heure des beaux jours ».

     

     

    Pérouges (Ain)

     

    L'hostellerie

     

     

    Pérouges (Ain)

                                                                                                                                               Août 2009

    La Halle

     

    Pérouges (Ain)

                                                                                                                                             Août 2009

    La maison des peintres

     

    Pérouges (Ain)

     La boulangerie

     

    Pérouges (Ain)

     

    La tarte ou galette au sucre, spécialité de Pérouges

     

     

     

     

    Pérouges (Ain)

     

    La maison du petit St Georges

     

    Pérouges (Ain)

                                                                                                                                                  Août 2009

     

    Pérouges (Ain)

                                                                             Août 2009

                                                               Une fleur de la passion                                                                                       

     

    Pérouges (Ain)

     Porte d'En-Bas

    elle est située le long de la rue des Rondes.

     

     

      La cité de Pérouges a été une ville d'artisans pendant le Moyen Âge. Les principales ressources étaient issues de la culture et du tissage de la toile. Maintenant elle vit exclusivement du tourisme.

    Se trouvant à seulement 63 km de Bourgoin nous l' avons visité plusieurs fois, on ne s'en lasse pas, et quand en plus il y a une bonne part de galette.......

     Bonne visite

     


    3 commentaires
  • Artas est situé à 15 km de Bourgoin

    en NORD Isère
     

    Artas Isère "Berceau de la fête des mères"

     Le village

    Artas Isère

    L'église au deux clochers

     

    Cette construction est citée en 1095. Le prieuré Saint-Pierre est connu en 1190. Il dépendait de l'abbaye de Cluny. En 1864, les deux chapelles latérales ont été reconstruites ; en 1899, on installe sur la façade un clocher néo roman à côté de l'ancien. Aujourd'hui, le prieuré a été transformé en mairie et école.

     

    Artas Isère

     

     

     

    Les galères de Louis XIV

     

    Sous le règne de Louis XIV, les chênes renommés de la forêt d'Artas fournissaient en grande partie les bois de marine des galères du roi à Marseille.

     

    Artas Isère "Berceau de la fête des mères"

    La Réale

    Artas Isère "Berceau de la fête des mères"

     

    Artas Isère "Berceau de la fête des mères"

    Les galères dans le port et la rade de Marseille, Atlas de 1584

     

    Le village d' Artas revendique être le « berceau de la fête des Mères ». En effet le 10 juin 1906 à l'initiative de Prosper Roche, fondateur de l'Union fraternelle des pères de famille méritants d'Artas, une cérémonie en l'honneur de mères de familles nombreuses eut lieu. Deux mères de 9 enfants reçurent, ce jour-là, un prix de « Haut mérite maternel ». Le diplôme original créé par Prosper Roche est conservé dans la bibliothèque de l'institut de France avec les archives de l'association.

     

    Naissance de la Fête des Mères

     

    http://artas-mairie.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=52&Itemid=71

    La mise en place (08/09/1904) d'une société mutualiste, d'abord dirigée vers les pères de famille méritants, qui se tourna très vite, tant l'altruisme de sa réflexion était grand, vers les mères de ces familles méritantes.

    Artas Isère "berceau de la fête des mères"

    L'homme de la situation, fut l'instituteur Prosper Roche. Lui-même père d'une famille de sept enfants, ancien engagé volontaire dans la campagne de 1870/1871. La personnalité du fondateur n'est sans doute pas étrangère aux objectifs de la société : encourager la maternité et citer en exemple des modèles d'éducation.

    Ainsi, le 19 mars 1905, les membres actifs de l'Union fraternelle des Pères de famille Méritants, étaient appelés à désigner les deux mères de famille auxquelles seront décernés des prix dits de "haut mérite maternel" et des diplômes d'honneur. Ont été élues :

    Madame Joseph Bouvard, née Marie Louise Faure, qui a neuf enfants.

    Madame Joseph Philippe née Marie Ogier, qui a également neuf enfants.

    La grande fête eut lieu le 10 juin 1906. Cette journée et les initiatives qui y furent prises, sont restées indiscutablement dans l'histoire d'Artas. C'est dans cet esprit, que notre village remet en mémoire en 2006, le Centenaire de la naissance de la Fête des Mères. Devoir de mémoire, ou simple retour aux origines ? Parlons désormais d'une célébration qui mettra en avant la notion de famille : sereine, protectrice, éducatrice et en même temps soucieuse de son importance.

     

    Artas Isère "Berceau de la fête des mères"

     

     

    Artas 38

     

     


    votre commentaire
  • Petite ballade Lyonnaise.

    Ou comment joindre l'utile à l' agréable.

     

    Départ gare de BOURGOIN - JALLIEU ( 38 ) .

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    Arrivée Gare de LYON Part Dieu (69) .

     

    Elle est mise en service le 13 juin 1983 en remplacement de la gare des Brotteaux .

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    Gare de LYON-BROTTEAUX

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

     

    Tram T1 à la Gare Part-Dieu - Vivier Merle

     Pour nous c' est un baptême !

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    But du voyage :  une visite médicale (l'utile).

    Rassurez vous R.A.S au contrôle technique .

     

    Et maintenant voici l' agréable : une petite promenade sous les tout premiers rayons du soleil .

     

    Les Quais du RHÔNE .

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

     

    L' UNIVERSITE LYON  3

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

     

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

    La primatiale Saint-Jean-Baptiste

    et

    La Basilique Notre-Dame de Fourvière

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    Place BELLECOUR

    La place Bellecour ou place Louis-le-Grand est la plus grande place de Lyon et la troisième plus grande place de France, après la place des Quinconces à Bordeaux et la place de la Concorde à Paris.

     

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     Rue commerçante

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    Retour par le gare de LYON PERRACHE .

     

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

    La verrière.

     

    Enfin les premiers rayons de soleil.

     

     

    Surprise le contrôleur du train qui nous ramène à Bourgoin est une vieille connaissance. Plusieurs années plus tard on se remémore de bons souvenirs. En quelque sorte c'est aussi un rayon de soleil.

     

     Malheureusement le soleil n' aura duré que cette journée ...

     

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique