•  

     

     

    Chitry le Fort

    L'église de Chitry étant « fortifiée », c'est de là que vient le suffixe le Fort.

     

    Chitry (89)

    (89)

     

     

    Chitry fait partie de l'agglomération d' Auxerre.

    En 2012, la commune comptait 367 habitants,

    les Chitriens, chitriennes.

     

     

     

     Vue aérienne de 1960

     

    Chitry (89)

    jldemeaux.free.fr

     

     

    En 1549, les deux parties du village, formant deux fiefs séparés s'appelaient Chitry-Dessus et Chitry-Dessous. Ces deux dénominations indiquaient que, du Xe au XIIIe siècle, Chitry était divisé en deux parties, en raison de deux seigneuries distinctes et parfois rivales. La première, côté sud de la rue principale, la partie haute, relevait du comté de Tonnerre, en Champagne et la seconde, côté nord, la partie basse, comprenant l'église fortifiée, relevait du comté d'Auxerre, en Bourgogne. wikipédia

     

    La Grande Rue

     

    Chitry (89)

     

    La grande rue était la ligne de séparation des deux provinces.

     

    église Saint-Valérien du XIII è siècle

     

    Chitry (89)

     

     

    Le Donjon

     

    Chitry (89)

     

     

    Chitry (89)

     

    Durant la première phase de la guerre de cent ans, les habitants de Chitry  se cotisent pour fortifier leur église.

     L'église comportera jusqu'à trois tours. Il n'en subsiste que deux, dont une tour massive en forme de donjon.

     

    1840

    Chitry (89)

    jldemeaux.free.fr

     

     

    Chitry est située

    entre le Chablisien et l'Auxerrois,

     

    Chitry (89)

    http://jlhuss.blog.lemonde.fr/2009/08/04/2005_07_chitry_le_fort/

     

    Chitry (89)

    yonne.cci.fr

     

     

    Chitry le Fort est une très ancienne commune viticole de l Auxerrois.

    Elle a reçu en 1993 le droit d’identifier ses vins au sein de l’appellation Bourgogne sous le nom « Bourgogne Chitry ».

     

    Chitry (89)

    http://www.colbois-chitry.com/vins-chitry.php

     

     

    Chitry (89)

    Le vignoble

     

     

    cool


    1 commentaire
  •  

     

     

     Jean du Cognot

    Cathédrale Saint-Etienne de Sens

     

    Jean du Cognot

     

     Pierre de Cugnieres, dit "Jean du Cognot"

     

    Jean du Cognot

    Cliquez sur l' image  

     

    Non, Pierre de Cugnieres, dit Jean du Cognot, n’était pas un maître verrier du XIIIè siècle qui aurait inventé le bleu des vitraux de la cathédrale. Non, pour lui faire avouer son secret, on ne l’a pas étranglé entre deux pilasses de pierre. Comme on ne lui a pas non plus crevé les yeux. Son histoire est plus simple : c’est celle d’un « cocu » de l’histoire. Le 7 décembre 1329, le roi Philippe VI de Valois convoque, en son palais, une vingtaine de prélats et autant de seigneurs laïques pour mettre fin aux différents qui les opposent. Auprès du Roi, Pierre de Cugnières, son conseiller, tient le rôle d’avocat général et formule soixante dix articles, griefs reprochés aux ecclésiastiques.  Pierre Roger, archevêque de Sens, et futur Clément VI, est en charge de défendre le clergé. Le 29 décembre, Philippe VI retourne son sceptre et face au spectre de l’excommunication, fera dire aux évêques, par son avocat général, que tous  les droits ecclésiastiques étaient maintenus. Gros Jean comme devant et indésirable aux yeux du clergé, celui qui avait défendu les intérêts royaux hérita du sobriquet de Jean du Cognot, Jean Ducon en langage moins châtié. Pour le ridiculiser, on scella une petite tête de pierre le représentant entre deux piliers de notre cathédrale.
     

     

    Jean du Cognot

     

     

    Jean du Cognot

     

     Avez vous vu Jean du Cognot ?

    Si non vous êtes en défaut .

    C' est la phrase proverbiale

    Dont le sénonais vous régale.

    A Sens, c' est le grand mot

    Avez vous vu Jean du Cognot ?

    Qu' a donc fait ce Jean du Cognot

    Pour avoir l' air si penaud ?

    Comme avocat au moyen âge

    Il contesta maint apanage

    Du clergé qui bientôt

    Punit maître Jean du Cognot

    La tête de Jean du Cognot,

    Dans la cathédrale aussitôt,

    Fût donc faite en caricature

    Et mise dans dans une encoignure

    Depuis chaque badaud

    Demande à voir Jean du Cognot.

    De nos jours maître du Cognot

    Ayant comme on dit du culot,

    Se serait nommé à sa guise

    Liquidateur des biens d' Eglise

    " C' est mieux que le gros lot ! "

    Dirait le bon Jean du Cognot

     

     

     voir également cette petite vidéo :

     

    http://www.lepopulaire.fr/accueil/brightcove/2014/04/15/si-on-a-vu-jean-du-cognot-c-est-qu-on-est-venu-a-sens_93472324094001.html

     

    Jean du Cognot

     

     

     

    Jean du Cognot

     

     

     

    Jean du Cognot

    Jean du Cognot

     

     

    Jean du Cognot

     

     

      Une spécialité de Sens

     

    Jean du Cognot

     

    Jean du Cognot

     Source :

    http://www.ventsdumorvan.org/pdfs/pdfs/vdm-0614.pdf

     

     yes

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    Saint-Martin-des-Champs

    (89)

     

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

     La commune comptait 289  habitants en 2012

    les saint-martinois, saint-martinoises

     

     

    L' entrée du village

    huile sur toile

    Saint-Martin-des-Champs (89)

    wikipédia

     

    Vue générale

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

    L' entrée du village

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

     

     

    Le clocher de l' église.

     

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

     

    Le clocher de l' église.

    Il semble que le feu du ciel s’acharne sur le clocher.

    La foudre s’abat une première fois sur le clocher pendant la nuit du 4 Juillet 1774.

    Il est reconstruit de dix pieds plus bas.

     

    Dans la nuit du 18 Octobre 1798, il est de nouveau foudroyé.

    Le clocher est reconstruit cette fois de vingt-quatre pieds plus bas que celui de 1700.

      Avant 1940, son clocher penchait fortement. Tombera, tombera pas ? Le 19 Mars 1942, les habitants n’ont plus besoin de se poser la question. La foudre s’abat à nouveau sur le clocher qui brûle complètement. Faute de moyen, il n’est reconstruit qu’après la guerre. En 1959, de nouvelles cloches, fondues à partir des anciennes, sont baptisées en l’église de Saint-Martin.

    Un coq est alors installé au sommet du clocher. Le volatile n’est toutefois pas décidé à indiquer aux villageois la direction du vent. Une tornade et le voilà par terre (heureusement sans faire de victime). Récupéré par de jeunes fêtards, il est utilisé comme "tirelire" pour une quête improvisée dans le village. Il est ensuite déposé en mairie d’où il a disparu par la suite. Le clocher resta ainsi, sans coq, pendant plus de 40 ans. C’est en 1993, lors de la restauration de l’église, qu’un nouveau gallinacé est installé sur son piédestal.

     

     

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

    Le monument aux Morts

    Saint-Martin-des-Champs (89)

     

    Texte et cpa source:

    http://www.saintmartin89.free.fr/stmartin.htm

     

     

     

     yes

     

     

     

                                                                      

     

     

     

     

     

     


     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Ernest-Théodore Valentin

    Deschamps

     

     

     

    1868-1949

    L' Abbé Deschamps

     

    L' Abbé Deschamps

     

    est né à

     

    Villiers-sur-Tholon

    à 20 km d' Auxerre.

     

    L' Abbé Deschamps

    En 2012, la commune comptait 493 habitants

    les Villarois.

     

     

     

     

    L' Abbé Deschamps

    L' église St-Jean-Baptiste

     

     

    Ernest-Théodore Deschamps, est le fils de Théodore Deschamps et

    d'Aline Isménée Trollé.

    Son père ( boucher) est anticlérical, malgré cela Ernest-Théodore est baptisé  le 19 avril 1868, et il fait sa première communion en 1880, dans l'église Saint-Jean-Baptiste de Villiers-sur-Tholon.

     

     Après ses études à Auxerre et l' obtention d' un bac de philosophie en 1887, il devient clerc de notaire à Auxerre puis en 1890 à Joigny.

    Ernest s' expatrie à Argenteuil (95) en 1892.

    A la mort de son père en 1896, il abandonne le projet d' acquisition d' une étude notariale, et entre au grand séminaire de Sens

     

    L' Abbé Deschamps

    Hôtel des Tournelles

    Ancien Grand séminaire de Sens

    jusqu' à la séparation de l' église et de l'état en 1905.
     

    L' Abbé Deschamps

    archive

    Sens rue Montpezat
     

     Ernest est ordonné prêtre en 1900, et nommé vicaire à la cathédrale St-Etienne d' Auxerre.

     

    L' Abbé Deschamps

                                                                                            photo-alsace.com

     

    Il est aussi le directeur du patronage paroissial Saint-Joseph.

    En décembre 1905, afin d'anticiper l'effet des mesures anticléricales, il le transforme en Association de la jeunesse auxerroise (AJA) qu'il déclare aussitôt en préfecture et affilie à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF).

     

     

                                         

    Stade de l'Abbé-Deschamps

     

    L' Abbé Deschamps

    Années 50

     

    L' Abbé Deschamps

    http://www.aja.fr/index.php/le-stade-abbe-deschamps.html

     

     

    L' Abbé Deschamps

     

    L'Association de la jeunesse auxerroise est un club de football français

    basé à Auxerre et fondé en 1905.

     

    L' Abbé Deschamps

    aja.fr

     

    l' enceinte du stade est baptisée ainsi à la mort de l' Abbé Deschamps en 1949

     

    Le stade d' une capacité de 21379 places est la propriété de l' AJ Auxerre,  seul club professionnel français dans ce cas, avec l' AC Ajaccio                                         


     "Nenesse" diminutif d' Ernest, s' entoure de dirigeants importants. Il négocie des bouts de parcelles avec leurs propriétaires. Ce terrain était une décharge .

    L' abbé est paternaliste et autoritaire, très exigeant, il y avait obligation d' aller à la messe de sept heures, pour faire partie de l' équipe du jour.

    L' AJA a survécu à sa disparition, et la flamme allumée par

    l' abbé scintille toujours.

     

    Propos de Maurice Bardonneau président des anciens

    de l' AJA , et de Emile Martin ancien président de l' AJA omnisport.

     

    source :

    L' Abbé Deschamps

     

    yes


    2 commentaires
  •  

     

     

    Vernoy

    (89)

     

    Vernoy Yonne

     

    En 2011, la commune comptait 219 habitants,

    les Vernoyens.

     Vernoy est située à 19 Km de Sens

    Le nom de cette commune viendrait du mot Vernoy ou Vernoie, désignant des sols humides où pousse l' aulne

    (ou verne).

     

    L' aulne

     

    Vernoy Yonne

                                                                            universpolarise.fr

     

    L' aulne, au bois très serré et mouillé convenait parfaitement dans les fours de boulangers, de plâtriers, et de briquetiers.

     

    Le village est traversé par la Clairis (ruisseau) affluent du Loing qui prend sa source dans la commune, et par une ancienne voie romaine reliant  Sens à Gien (Loiret).

     

    Le village

    Vernoy Yonne

     

    L' église St-Fiacre

    Vernoy Yonne

     

    La gare

    Vernoy Yonne

     

    Fermée de nos jours elle se situe sur la voie stratégique de

    Montargis à Sens.

     

     voir ou revoir

    http://leblogdepaulo.eklablog.com/ligne-de-chemin-de-fer-de-sens-a-montargis-45-a80649244

     

     

    yes


    1 commentaire
  •  

    Sens

     

    La cathédrale St-Etienne

     

                                         

    La tour de plomb cathédrale  St-Etienne (Sens)

                                                                                           villedesens.free.fr              

     

     Originellement

     La cathédrale St-Etienne de Sens devait comporter deux tours surmontées de flèches.

    En 1267, il ne reste que le troisième étage de la tour nord à construire, lorsque le dernier de la tour sud s' effondre.

    Priorité est donnée à la réparation des dégâts assez conséquents.

    Ce n' est qu' au XIV ème siècle que la tour nord sera coiffée d' une charpente en bois recouverte de plomb et d' une flèche.

    "La tour de plomb"

     

     

    La tour de plomb St-Etienne (Sens)

     Une fusée de feu d’artifice incendia le sommet de la tour de plomb (à gauche sur la gravure), en 1744. La charpente recouverte de métal fut supprimée un siècle plus tard. - D. R.

    extrait de :

    http://www.lyonne.fr/yonne/actualite/pays/senonais/2014/08/05/les-anecdotes-et-les-peripeties-de-la-cathedrale-dont-on-celebre-les-850-ans_11102588.html

     

     

    La tour de plomb

     

    La cathédrale à la fin du XVIII ème siècle

     

     

    En 1845 la tour de plomb est tellement dégradée qu' elle est supprimée , un comble provisoire recouvert de tuiles est installé.

     

    La tour de plomb

    Fin XX ème siècle

    Bernard Colette , architecte en chef des monuments historiques proposera de reconstruire la tour de plomb.

    Ce projet validé par la commission des monuments historiques, ne sera finalement pas retenu par

    Bruno Decaris successeur de Bernard Collette.

    Finalement le 18 juillet 2001

    Une charpente de 2,2 tonnes recouverte de plomb, est posée sur la base de la tour nord préalablement arasée.

     

      "Au moins la tour nord mérite toujours son nom

    de tour de plomb" (*)

     

     

    (*) Propos de Bernard Brousse président de la société archéologique de Sens

     

     

    La tour de plomb St-Etienne (Sens)


    2 commentaires
  •  

     

     

    Auxerre

    (89)

     

    Auxerre Usines Guillet

     

    Les Usines Guilliet et fils

     

     

     Une entreprise dans la ville

     

    Auxerre Usines Guillet

     

    Ce fut de tout temps la plus importante entreprise d'Auxerre et le plus gros employeur.

     

    Auxerre Usines Guillet

    Les Usines Guilliet et l' usine à gaz

     

    Auxerre Usines Guillet

    catalogue

     

    En 1847 François Guilliet, un ébéniste issu d'une famille paysanne de la Puisaye, s'installe à Auxerre et se spécialise dans la fabrication de machines à bois. Le succès de cette entreprise qui produit des outils très spécialisés va être remarquable. En 1872 Guilliet emploie trente ouvriers. En 1886 l'entreprise qui a diversifié sa production en multipliant les types de machines à bois déménage et s'installe près de l'Yonne quai du Bâtardeau : deux cent vingt personnes travaillent maintenant chez Guilliet. Le fondateur s'est associé à ses quatre fils. L'un d'entre eux se séparera par la suite de ses frères pour créer une nouvelle usine à Fourchambault.

     

    Auxerre Usines Guillet

    Fourchambault (Nièvre)

     

    La société Guilliet fils et Cie créée en 1905 sera dirigée par Paul et Georges Guilliet et leur beau-frère Ambroise Commergnat : ce dernier a apporté en capital sa propre usine de charronnage qu'il continue à diriger. L'aîné des frères Guilliet n'est plus qu'un simple commanditaire. Par la suite, entre les deux guerres, c'est Georges qui deviendra le véritable patron, et son fils Robert lui succèdera. Les établissement Guilliet ne cessent de se développer, avec une croissance du chiffre d'affaires qui atteint 14% par an entre 1905 et 1914 et un effectif qui passe de deux cent cinquante à huit cents personnes.

    Pendant plus d'un demi-siècle, Auxerre vivra désormais sous l'emprise de cette grande usine." (Marc Abéles, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français. Editions Odile Jacob).  ‎

     

     

    Auxerre Usines Guillet

     

    1920

    Auxerre Usines Guillet

    Sortie des usines

     

     

    Auxerre Usines Guillet

     

    Machine à raboter et dégauchir

     

    Auxerre Usines Guillet

    La maison des Guilliet hameau des Chesnez au nord d' Auxerre.

     

    Marie-Claire arrière-petite-fille de François Guilliet, s' y est éteinte en avril 2012 à l' âge de 91 ans. Depuis la demeure est vide après avoir été le théâtre des fastes de l' une des plus puissante famille d' Auxerre !

     

    source :

     

    Auxerre Usines Guillet

    Hors série

    Auxerre Usines Guillet

     

     

    Pour  "Papy Daniel" arpète (apprenti)

    Chez Guilliet en 1954,

    et "aux manettes" (ouvrier) jusqu' en 1966.

     

     

    Auxerre Usines Guilliet


    3 commentaires
  •  

     

     

    Seignelay

    (Yonne)

     

    Seignelay (89)

     

    Seignelay est située à 14 kilomètres au nord d'Auxerre

    entre les rivières l' Yonne  et le Serein.

    En 2011, la commune comptait 1 590 habitants.

     

    Seignelay (89)

    L' église et la halle

     

    Seignelay (89)

    L' église

     

     

    Seignelay (89)

    Château de Colbert la tour

     

     

    Jean-Baptiste Antoine Colbert

     

    (1651-1690)

     

     

    Seignelay (89)

     

     Marquis de Seignelay, secrétaire d' état de la marine

     entre 1683 et 1690.

    Il est le fils du Grand Colbert.

    Entre 1660 et 1690, sous la direction des Colberts, père et fils, la marine royale passa de dix-huit vaisseaux

    et dix galères, à 125 vaisseaux.

     

    Seignelay (89)

     

    Seignelay (89)

     

     

    Seignelay (89)

    Dessin du Château de Colbert

     

     

    Alfred Chanvin

    (1866-1951)

     

    Seignelay (89)

    Sculpteur d' art forain

     

    Il fut d’abord charron-forgeron, puis tourneur sur bois, mais le monde merveilleux de la fête foraine le fascinait et l’attirait. Il deviendra sculpteur d’art forain au début des années 1900. Dans son atelier de Seignelay, une multitude d’animaux voit le jour : ânes, chevaux, cochons, vaches… partiront animer les manèges.

     

    Sortie des cochons

     

     

    Seignelay (89)

     

    visiter

    http://seignelay.blog4ever.com/alfred-chanvin-sculpteur-d-animaux-pour-maneges-a-seignelay

     

    Seignelay (89)

    L' atelier d' Alfred Chanvin

     

    http://laduz.com/collections/atelier-alfred-chanvin/

     

     

     

     Photos catalogue Drouot

     

    Seignelay (89)

     

    Seignelay (89)

     

    Seignelay (89)

     

    Seignelay (89)

                                         catalogue.gazette-drouot.com

     

    Seignelay (89)

     

     


    2 commentaires
  •  

     Chéu

    Chéu (Yonne)

     (89)

     

     

    540 habitants

    les Cheutains et les Cheutaines.

     

    Chéu (Yonne)

    La mairie

     

    Chéu (Yonne)

    Eglise Saint-Martin

     

    Chéu (Yonne)

     

    Chéu (Yonne)

    Saint-Martin

    Chéu (Yonne)

    Photos site officiel  de Chéu

     

    Le village de Chéu se trouve non loin de Saint-Florentin et à 23 kms

    d' Auxerre , et la gare la plus proche est celle de Vergigny.

     

    Chéu (Yonne)

    Gare de Saint-Florentin-Vergigny

     

     

    Chéu le pays des sorciers et sorcières. 

     

    Le village de Chéu a une longue tradition de sorcellerie du VIe siècle

     semble-t-il, jusqu’en 1829 date à laquelle le village brûla entièrement dans un incendie, et fut considéré comme purifié.

     

    Chéu (Yonne)

      

     Un manuscrit écrit, semble-t-il aux alentours des années 1870,

    par le curé de Chéu, de l’époque, nous dit les choses suivantes :

     

    Chéu (Yonne)

     

    « Mon prédécesseur m’avait mis en garde : cette paroisse n’est pas comme les autres, il y plane encore l’esprit du démon. D’après lui, la réputation de repaire de sorciers et surtout de sorcières du village remonterait au VIe siècle.

      

    Chéu (Yonne)

     

    Sans doute est-ce exagéré, mais qui sait ? Ici, la moindre querelle entre ménagères, ou entre paysans dégénérait en vendetta. Les parents, puis leurs enfants, et les enfants de ces enfants, et ainsi de suite se détestaient cordialement. On se jetait des sorts, on accusait la famille adverse d’être genoche (sorcière ). Il n’était pas une famille dans le pays qui n’avait pas ainsi ses ennemis.

    Aussi, on conte des scènes inouïes, des vaches qui dans les pâtures devenaient folles, comme piquées par des essaims de guêpes ; des grand-mères presque grabataires qui avaient la "danse de Saint-Guy" ; des jeunes filles supposées pures qui devenaient hystériques et qui criaient à gorge déployée les pires insanités ; des moutons qui se battaient entre eux ; des vaches qui devenaient sèche entre deux traites…

    Pas une maison, pas une étable qui n’avait son talisman, pierre trouée naturellement, hibou cloué par les ailes, tête de loup… La nuit, on entendait des miaulements, des cris qu’on ne savait définir, humain ou non.

    Les curés combattirent ce fléau envoyé par le démon. Ils bénirent les maisons, les hommes, les animaux. Ils fustigèrent les actes du démon. On érigea des crucifix au coin des rues. Mais le ne changeait guère : un enfant tombait-il malade ? On accusait la voisine, on disait l’avoir vue au s’en allant au sabbat, à Savoye.

    Les juges suivirent les curés. On brula quelques sorcières, ou plutôt des femmes qu’on disait être sorcières. On brûla même des enfants, les anciens registres en font foi. Mais Chéu restait domaine du démon. Le parlement de Paris s’en mêla lui aussi.

    On décida de recourir au jugement de Dieu : On jetait un homme garrotté dans l’eau ; s’il surnageait, il était innocent ; s’il coulait, c’était sous le poids de ses péchés et donc il était coupable. À Chéu, on jeta ainsi à l’eau des dizaines et des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants. Les juges et les religieux furent ébahis du résultat : tous surnagèrent, alors qu’il paraissait évident qu’il y avait parmi eux au moins une sorcière, sinon plusieurs.

    Devant pareil phénomène, on crut à une ruse du démon : sans doute, pensait-on avait-il trouvé une parade. On laissa tous ces gens rentrer chez eux, non sans décider de réfléchir à un autre moyen de départager bons chrétiens et suppôts de Satan.

    Et c’est ainsi qu’en toute la France, Chéu fut la seule paroisse à bénéficier d’un jugement de Dieu tout à fait original : les autorités firent ériger un vaste bûcher au bord de l’eau ; les soldats capturaient quelques villageois, qui solidement ligotés, étaient jetés à l’eau, à charge pour Dieu de reconnaitre les siens. Celui qui se noyait était bon chrétien : Dieu l’avait rappelé à Lui, et on faisait un enterrement digne de ce nom ; quant à celui qui remontait à la surface, c’est donc que Dieu, épouvanté par son pacte diabolique n’en avait pas voulu : on le repêchait et aussitôt on le jetait sur le bûcher.

    Les paroissiens de Chéu, pendant des siècles, eurent donc à craindre une mort par noyade ou par grillade.

    En 1691, le parlement de Paris ordonna de revenir à l’interprétation traditionnelle du jugement de Dieu : celui qui surnageait était sauvé. Ce n’est guère qu’en 1829 que la paroisse perdit sa réputation maléfique : un incendie ravagea complètement le village, qui fut donc ainsi purifié. »

    source  Wikipédia

     

    Chéu (Yonne)


    2 commentaires
  •  

    Bonjour

     

    Après la Gazette,

    http://leblogdepaulo.eklablog.com

     

    et Musiquapaulo,

    Musique de tout genre :

    http://musiquapaulo.eklablog.com

     

    je vous propose ce troisième blog

     

    Paulo l' Icaunais

    l' Histoire d' une famille :

       http://paulo8938.eklablog.com/

     

     

     J' y retrace succinctement mes origines, et plutôt q' un arbre généalogique, je désire vous faire découvrir ma région natale, c'est à dire le département de l' Yonne .

     

    Vous découvrirez aussi les métiers de mes ancêtres.

    Je suis donc Icaunais et très fier de l' être !

     

    Bienvenue

     

    Paulo

     

    Nouveau Blog

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique